Avec «Moi ?», Yves P. Pelletier se lance en solo et dans le stand-up.

«Moi ?», c’est lui

En plus de 30 ans de carrière, Yves P. Pelletier a touché à pas mal de choses. On le connaît surtout pour son travail dans RBO, mais il a également signé des livres et des scénarios, réalisé des films, animé une émission de télévision sur le voyage et obtenu quelques rôles dans des téléromans. Cependant, il n’avait encore jamais fait de stand-up. C’était avant «Moi ?», son premier one-man-show qu’il promène en rodage un peu partout au Québec depuis la fin août.

« J’ai 56 ans, j’ai fait plein d’affaires que ça me tentait de faire tout au long de ma carrière, et là, c’est ça [le stand-up] que j’avais envie d’explorer », dit-il tout bonnement.

Il l’admet : il s’était faussement préparé à ce que la tâche impliquait. « Je m’étais préparé pour un monologue, mais je me suis vite rendu compte que ça se rapproche beaucoup plus d’un dialogue avec le public. Plus que quand je joue des personnages, en tout cas. Des rôles, ça crée une certaine distance entre la salle et l’interprète. Parler au « je », au contraire, te rapproche directement d’elle puisqu’il n’y a pas la barrière- des costumes. »

L’ex-RBO ne renie pas pour autant son passé, et saura faire plaisir à ses fans de la première heure en ramenant sur scène quelques personnages puisqu’il passe du stand-up à Monsieur Caron, l’extraterrestre Stromgol et le lecteur de nouvelles pour malentendants-, notamment. 

« C’est pas mal moitié-moitié », estime-t-il, conscient qu’une autre génération de spectateurs découvrira à son tour ces personnages mythiques pour certains.

Seul sur scène

Un autre aspect nouveau avec Moi ? est le fait que l’humoriste se produira seul sur scène. Chose qu’il n’avait pas non plus faite jusqu’à présent. « Je suis assez instinctif dans ma façon de travailler. J’avais déjà eu des propositions pour me lancer en solo, mais ça ne me tentait pas. Là, ça me tente », fait-il valoir.

Oui, bien sûr que ça fait un peu peur, enchaîne-t-il. « Mais pas assez pour m’empêcher de le faire. Tout ce que je dis et suis sur scène me correspond. »

La peur est d’ailleurs un thème abordé dans son spectacle, dit-il. « On vit à une époque où tout le monde a trop peur de tout et n’importe quoi », relève-t-il.

L’humoriste touchera également à des éléments d’actualité, parlera de son enfance, de la folie, de la religion, de ses voyages... Le tout sera ficelé par la grande thématique de la quête identitaire — d’où le titre du spectacle. « Je me suis vraiment posé la question à savoir qui j’étais, et j’invite un peu les gens à aller là-dedans si ça leur tente, mais sans se prendre la tête. »

Fidèle à lui-même, Yves P. Pelletier n’a pu aller complètement à l’opposé de l’humour sarcastique, ironique, « simple et nono » qu’on lui connaît. « Mais le stand-up me permet d’y aller sur un autre ton », croit-il.

Bien que conscient que les attentes du public peuvent être un cran plus élevé à cause de ses quinze ans auprès de Guy A. Lepage, André Ducharme et Bruno Landry-, il lâche prise. « Moi, je prépare un cadeau, une surprise. J’y mets tout mon coeur, je fournis le maximum d’efforts, mais après, ça ne m’appartient plus. Je ne suis pas dans la tête du public », dit-il. 

***

Envie d’y aller?

Quand: les mardi 5 et mercredi 6 décembre à 19h30

Où: dans le foyer Yves-Gagnon du Palace de Granby

Billetterie: www.ovation.qc.ca