La Bromontoise Maxyme Bouchard sur le plateau de <em>The Voice</em>.

Maxyme Bouchard à The Voice en France

Lorsque Maxyme Bouchard affirme haut et fort qu’elle rêve de devenir une chanteuse internationale, il faut la croire. La Bromontoise a traversé l’océan, l’automne dernier, pour tenter sa chance à l’émission The Voice en France. C’est ce samedi qu’on saura si son talent a séduit les juges.

La jeune fille de 17 ans s’est envolée, en novembre, avec toute sa famille pour prendre part aux auditions à l’aveugle devant les artistes Lara Fabian, Marc Lavoine, Amel Bent et Pascal Obispo, bien connus en France.

Maxyme, de son nom d’artiste, s’est présentée dans le studio survolté en espérant les impressionner suffisamment pour faire partie des 56 concurrents retenus pour cette neuvième saison de The Voice.

Lorsque La Voix de l’Est l’a jointe vendredi, la demoiselle était tenue au silence, comme c’est toujours le cas dans ce genre de compétition.

Impossible de savoir ce qu’elle a interprété, si la chanson était en français ou en anglais. Encore moins possible de connaître l’issue de l’audition.

« Il faut écouter l’émission pour le savoir... », glisse-t-elle, en se limitant à parler d’une belle expérience et à souligner les belles rencontres qu’elle y a faites.

L’auteure-compositrice-interprète a pourtant partiellement vendu la mèche en diffusant sur sa page Facebook un segment où on peut voir Lara Fabian la couvrir de compliments.

« Moi, c’est ton énergie qui est venue me chercher. C’est quelque chose d’unique que tu as. Quand on a 17 ans, d’avoir un aplomb, une assurance comme celle-là... Il y a des gens qui naissent comme ça. C’est des stars », lui a-t-elle dit, en prenant l’accent québécois.

A-t-elle été repêchée dans l’équipe Fabian ? On verra bien.

Long processus

Maxyme Bouchard n’en est pas à ses premiers pas dans l’univers des concours télévisuels. On se rappelle qu’en 2016, elle avait participé à La Voix Junior au Québec, après avoir été choisie dans l’équipe de Marie-Mai.

L’expérience a été assez agréable pour lui donner envie de recommencer, cette fois hors du Québec et contre des chanteurs de 16 ans et plus.

« Je me suis dit pourquoi ne pas aller en France ? Et ç’a marché ! », lance-t-elle. Cela semble tout simple dit comme ça, mais le processus a été long et complexe. Après l’envoi d’une démo l’an dernier et quelques entrevues, Maxyme a finalement reçu l’invitation tant espérée : elle pouvait mettre le cap sur la France pour se faire voir et entendre.

Elle devenait du même coup la première participante issue de La Voix Junior au Québec, dit-on.

« The Voice, c’est hyper gros. C’était un peu stressant , mais c’est ce que j’aime faire, alors... », glisse-t-elle le plus candidement du monde.

L’adolescente croise maintenant les doigts pour que des portes s’ouvrent en Europe à la suite de cette aventure.

Il faut dire que The Voice attire en moyenne entre 4 et 5 millions de téléspectateurs chaque semaine...

De retour

Le tournage ayant eu lieu il y a déjà quelques mois, on comprend qu’elle soit maintenant de retour à Bromont. Après tout, la vie doit continuer pour celle qui termine son secondaire 5 au Collège Mont-Sacré-Coeur grâce à un horaire adapté à ses nombreux engagements professionnels.

On peut notamment l’entendre au Edgar Hyperlodge de Bromont, où elle chante régulièrement en compagnie de la formation Hawk Ridge Hustlers.

En plus de ses cours de chant, elle travaille aussi à la création de pièces de son cru, en français et en anglais, avec l’appui du chanteur Kevin Bazinet.

« Je sors des singles pour maintenir l’intérêt du public. L’album, ce n’est pas pour tout de suite. »

On pourra visionner le passage de Maxyme ce samedi 22 février sur le site de TF1.