Pour son exposition Au-delà, l’artiste-peintre granbyen Marc Hébert a exploré non seulement un nouveau style, mais également de nouveaux sujets et une nouvelle palette de couleurs.

Marc Hébert plonge dans l’abstrait

Marc Hébert aime se réinventer. Avec sa deuxième exposition solo, Au-delà, présentée jusqu’au 5 mai au CINLB, l’artiste-peintre invite le public à découvrir un tout nouvel univers.

« Pour la première fois de ma vie, je fais de l’abstrait », expliquait-il en terminant l’accrochage de sa quarantaine de toiles, jeudi après-midi, lors du passage de La Voix de l’Est.

Le changement de style est saisissant pour celui qui est bien connu pour ses nombreux personnages figuratifs flirtant avec l’impressionnisme. L’envie d’explorer autre chose lui est venue il y a environ un an, en préparant l’exposition Émergence avec ses élèves. « Je leur demandais de faire des barbeaux sur leur toile, et de s’inspirer de ce qu’ils voyaient ensuite pour peindre leur tableau. Mais comme c’est toujours comme ça que je travaille d’habitude, je me suis dit que j’allais tenter autre chose, et j’ai choisi l’abstrait », explique-t-il.

S’en est suivie une série d’œuvres qui ressemblent à la limite à des paysages, fait-il remarquer en désignant les tableaux accrochés à la droite de la salle. « Mais le naturel revient vite au galop, et j’ai commencé à voir des personnages dans mes toiles, puis des oiseaux », continue-t-il en faisant le tour des murs vers des œuvres plus semi-figuratives. « Jamais je n’aurais pensé peindre des oiseaux... Ça ne me parlait vraiment pas, mais là, j’en vois partout », lance-t-il en riant.

Ces dernières créations affichent également des combinaisons de couleurs qu’on n’est pas habitués de voir sous le coup de pinceau de Marc Hébert. Des teintes de bleus, de violets et d’orangés qui, mariées ensemble sur un fond noir, donnent l’impression d’être phosphorescentes. « C’est vraiment de l’exploration, je m’amuse comme un fou ! » dit l’artiste-peintre.

Mais ce qu’il apprécie par-dessus tout, c’est qu’on lui ait dit à plusieurs reprises que malgré le changement de style plutôt drastique, on sait reconnaître sa signature dans sa gestuelle. « On retrouve aussi ma marque de commerce dans mon fond texturé et de couleur foncée », ajoute-t-il.

Le vernissage de son exposition Au-delà — sa deuxième en solo en carrière, malgré une longue feuille de route dans le métier — se déroulera ce dimanche 22 avril de 14 h à 16 h au son de la musique d’ambiance du trio jazz Céleste.

Autres expositions
Les prochains mois seront par ailleurs très occupés pour Marc Hébert. En plus de quelques symposiums, il exposera en compagnie de ses élèves au Centre culturel France-Arbour du 4 au 12 mai. « Toutes les toiles ont été inspirées d’une chanson, et on va inviter le public à deviner quel tableau est associé à quelle chanson », explique-t-il, mentionnant que des extraits de chansons joueront en boucle durant l’exposition.

« Lors du vernissage, le 6 mai [de 13 h à 16 h], les élèves de musique d’Olivier Chagnon interpréteront également quelques titres », glisse le professeur d’art.

Par la suite, du 9 juin au 11 juillet, les artistes de l’Atelier de Marc présenteront à nouveau leur exposition Toute en nature au Centre d’interprétation de la nature du lac Boivin. « Je ne sais pas encore si je referai mon Duel en couleurs... Ça fait déjà quelques années, je pense qu’on est dû pour un nouveau concept », termine-t-il.