James Forest est le deuxième artiste à être monté sur scène mercredi soir. Il a dévoilé au public sa douce musique : guitare sèche et piano accompagnaient sa voix.

Maison de la culture de Waterloo: des spectacles pour tous les goûts

« Dynamique » et « pour tous les goûts » sont les mots que le directeur général de la Maison de la culture de Waterloo, Frédéric Messier, emploie pour qualifier la nouvelle programmation 2019-2020, dévoilée mercredi soir dans une salle bondée.

Avec son équipe, M. Messier planche sur l’imposante programmation depuis novembre 2018. Il a tenu à remercier tous les artistes qui choisissent la Maison de la culture de Waterloo (MCW) pour exposer leur talent.

Pas moins de cinquante artistes viendront se produire sur scène à travers 45 spectacles.

Pour amorcer la soirée, Michel Robichaud est venu réchauffer la salle avec deux de ses chansons. Le grand gagnant du 46e Festival international de la chanson de Granby viendra faire un tour à Waterloo le 21 mars prochain pour présenter son album Tout refaire.

Il y aura beaucoup de musique et de chansons durant cette saison. Un heureux mélange d’artistes un peu moins connus.

Classés par séries, les spectacles s’adresseront à un public varié. Dans sa série « 100 % garanti », le DG a annoncé la venue de Joe Bel, Roxane Bruneau, Bernhari, Caroline Savoie, Émilie Clepper — qui viendra présenter son premier album francophone — et Catherine Durand, qui s’apprêtait à offrir une prestation avant que La Voix de l’Est ne quitte.

« C’est une occasion de voir des bijoux d’artistes pour vivre une soirée mémorable, c’est 100 % garanti », a lancé M. Messier.

Variété

Pour ceux qui voudront se dandiner, les « shows pas d’chaise » proposent des artistes bien connus tels que Bernard Adamus, Les Trois Accords et Québec Redneck Bluegrass Project, un band « déjanté » ; le « summum de l’underground de la musique au Québec ». Il s’agit d’un spectacle à ne pas manquer aux yeux du DG.

D’autres viendront se produire en duo. C’est le cas des artistes Guillaume Beauregard et Dany Alexandre, Jesse Mac Cormak et Klaus et de Shaun Ferguson et James Forest.

Ce dernier est d’ailleurs le deuxième artiste à être monté sur scène mercredi soir. Il a dévoilé au public sa douce musique : guitare sèche et piano accompagnaient sa voix.

Avec 50 noms à l’affiche, impossible de tous les nommer. Il faudra consulter le www.mcwaterloo.com pour connaître tous les détails de la programmation et les nombreux forfaits offerts toute l’année.

On peut toutefois ajouter au passage Les Sœurs Boulay, Diane Tell, Kevin Parent, Louis-Jean Cormier, Émile Bilodeau et The Franklin Electric.

Si certains artistes vous sont inconnus, le DG invite les mélomanes à « faire leurs devoirs ».

« Tout ce qu’on vous présente mérite votre curiosité », lance-t-il.

L’humour sera aussi au calendrier 2019-2020 avec la série « Drôlement drôle », mettant en vedette Martin Petit, Rosalie Vaillancourt, Simon Leblanc, Les Grandes Crues, Sam Breton, Michel Barrette et Maude Landry. Invitée sur scène, mercredi, Maude Landry a bien fait rire l’auditoire. Elle sera en spectacle le 17 avril 2020.

Les mercredis chauds présentés à la Place du Centenaire offriront des spectacles gratuits où « des artistes hallucinants » s’y produiront : Auguste, Jordane, Étienne Fletcher, Hey Major, Pierre-Hervey Goulet, David Marin, Reney Ray et Simon Kearny.

Vincent Vallières viendra fêter le 30e anniversaire de la Maison de la culture, le 29 novembre 2019. Il en sera à son sixième passage dans la salle waterloise.

Quand l’heure de tombée a obligé La Voix de l’Est à quitter la soirée, les séries « vitrine 5 à 7 » et « dans la bulle de... » étaient sous le point d’être dévoilées.

Année d’apprentissages

Successeur de Erick-Louis Champagne, M. Messier avoue que sa première année officielle en tant que DG a été mouvementée.

« Ça a été une année d’apprentissages surtout pour connaître la clientèle de la Maison de la culture », explique-t-il.

Pour créer l’imposante brochette d’artistes, il avoue avoir dû faire des choix parfois déchirants.

« Il faut faire la balance entre ton cœur et ta tête », laisse-t-il entendre.