La Granbyenne Madmoiselle a livré une interprétation impressionnante de la chanson I Surrender, dimanche soir, à La Voix.

Madmoiselle fait craquer les juges à La Voix

« Époustouflante, grandiose, magique. » « Une performance plus que parfaite. » « La voix la plus maîtrisée que j'ai entendue de ma vie. »
Les coachs n'ont pas tari d'éloges à la suite de la performance de Madmoiselle, dimanche soir. Et on peut dire sans se tromper que la Granbyenne met la barre très haut pour les autres candidats.
La jeune femme de 28 ans a été la première de cette 5e saison de La Voix à se présenter devant les quatre coachs. Et elle a littéralement fracassé la glace avec son interprétation de I Surrender.
« Tu savais que c'était un grand défi de s'attaquer à cette chanson interprétée par Céline Dion, et tu l'as non seulement fait quand même, mais tu l'as réussi haut la main », a relevé Marc Dupré, qui a été préféré par la principale intéressée à Isabelle Boulay, Éric Lapointe et Pierre Lapointe.
« Elle dit qu'elle s'appelle Madmoiselle­, j'ai envie de l'appeler­ Madame », a-t-il dit.
Les quatre coachs ne se sont pas fait prier pour retourner leur fauteuil ; les trois premiers ont appuyé sur leur bouton rouge après seulement quelques notes, et ils ont tous les quatre terminé debout avec enthousiasme, impressionnés par l'aplomb de la jeune femme à la coiffure pour le moins originale.
« Tu chantes comme un Boeing, comme un jet. Tu défonces le mur du son, et tu pourrais démolir tous les murs de Donald Trump. Quand j'entends une voix de cette puissance-là, j'avoue que ça me rend jaloux », a réagi Éric Lapointe.
« Le mot qui me vient en tête : précision. Ça a l'air facile, et c'est dégueulasse », a pour sa part dit Pierre Lapointe, saluant du même souffle la théâtralité et l'excentricité de Madmoiselle.
« Elle a une voix qui percute, il n'y a rien de forcé... C'est une diva », a-t-il ajouté en entrevue post-performance.
« Crier qui je suis »
En plein contrôle de ses émotions, mais visiblement heureuse au terme de sa performance, Madmoiselle­ s'est dite très reconnaissante. « Je suis tellement touchée de recevoir ça ce soir... Vous avez tous un bagage exceptionnel et j'aimerais pouvoir absorber de chacun de vous », a-t-elle confié avant d'arrêter son choix sur Marc Dupré.
La Granbyenne nous a habitués depuis plusieurs années à sa présence sur scène dans la région. Avec sa voix puissante et son look « inspiré de Cléopâtre, d'Audrey Hepburn et de la princesse Léa », on pouvait se douter qu'il ne lui manquait pas grand-chose pour se faire remarquer. « Je vais m'apprêter à crier qui je suis », disait-elle en entrevue préperformance. Et c'est véritablement ce qu'elle a fait.
« La Voix, c'est pour moi un bel écran-rencontre avec les Québécois », avait-elle également mentionné. 
Souhaitons-le-lui. Mais à lire beaucoup, beaucoup de commentaires élogieux sur les réseaux sociaux, on n'est même pas inquiet. Même si la jeune Margau et le Barracuda de Rose Langis lui font bonne compétition, sans oublier la fougue au piano de Guy Mapoko. Et ce n'est que le début.