Coucher sur papier une traversée automnale des montagnes gaspésiennes. C’est le défi qui a été lancé à dix artistes qui ont dû repousser leurs limites physiques et mentales afin de compléter les 120 kilomètres d’un parcours tout sauf ordinaire.
Coucher sur papier une traversée automnale des montagnes gaspésiennes. C’est le défi qui a été lancé à dix artistes qui ont dû repousser leurs limites physiques et mentales afin de compléter les 120 kilomètres d’un parcours tout sauf ordinaire.

La Traversée des écrivains: recueil de textes et de photos par plusieurs visions

Simon Carmichael
Simon Carmichael
Initiative de journalisme local - Le Soleil
Coucher sur papier une traversée automnale des montagnes gaspésiennes. C’est le défi qui a été lancé à dix artistes qui ont dû repousser leurs limites physiques et mentales afin de compléter les 120 kilomètres d’un parcours tout sauf ordinaire. Regroupant textes et photos à couper le souffle, cette «déclaration d’amour à la Gaspésie» est désormais disponible pour tous les amateurs de plein air de la province à la recherche d’un peu de nature.

En automne 2019, 200 passionnés de plein air, de paysages et d’air frais ont pris part à la septième édition automnale de la Traversée de la Gaspésie. À ces adeptes s’est ajoutée une dizaine d’artistes, écrivains, réalisateurs et autres, loin de se douter de l’ampleur du projet auquel ils avaient été invités. «Ils étaient prêts au défi physique, mais je pense qu’ils ont été saisis par l’ampleur des émotions que la traversée apporte», rapporte l’instigatrice du projet, l’autrice Geneviève Lefebvre. 

La traversée des écrivains, présenté sous la forme d’un recueil de textes et de photos, offre dix visions de la même histoire, vécue par dix personnes aux sources et parcours différents. La préface, signée par l’actrice Sophie Faucher, nous parle de l’amour que cette dernière porte à la péninsule. «Devant tant de beauté, de grandeur, on peut se sentir infiniment petit et en même temps, faisant partie d’un tout qui nous élève», écrit-elle. 

Construire des ponts

Si ce pèlerinage a permis aux auteurs de découvrir les magnifiques paysages des montagnes de l’arrière-pays gaspésien, c’est surtout au niveau des relations humaines et des émotions que le voyage a été le plus intense.

«Les rapports humains sont complètement différents, raconte Geneviève Lefebvre. Les discussions sont infiniment plus profondes, et les participants tombent rapidement dans l’intimité. Quelqu’un qui avoue ne pas aimer son travail, un autre qui raconte que son divorce est difficile ou qui ne sait pas quoi faire depuis que ses enfants ont quitté la maison, toutes les discussions sont bonnes à avoir parce qu’on a le temps d’écouter et de réfléchir.»

Au cours de la semaine de randonnée, des ponts solides se sont créés entre «deux mondes qui se côtoient rarement», soit les «intellectuels» que sont les auteurs et les «sportifs et mordus de plein air» que sont les participants réguliers de la Traversée de la Gaspésie. «C’est la rencontre entre le corps et la tête, deux pôles qu’on sépare souvent», note Mme Lefebvre. 

Des auteurs bien connus

Parmi les artistes qui ont participé au projet, on retrouve plusieurs auteurs dont les livres ont fait le tour du monde. L’auteur amquien Éric Dupont faisait partie de voyage, tout comme l’autrice de Québec Marie-Ève Sévigny. 

Plusieurs artistes gaspésiens ont participé à l’aventure, notamment la Matanaise Johanne Fournier, le journaliste et auteur Pierre Cayouette, de Bonaventure, et la psychiatre originaire de Rivière-au-Renard Marie-Ève Cotton, qui a notamment travaillé sur la série Cerebrum avec Richard Blaimert. L’autrice Roxanne Bouchard, qui vient justement de publier un polar se déroulant dans la péninsule gaspésienne, et l’ambassadrice de la littérature québécoise à Paris Jo Ann Champagne étaient aussi de la partie.

Pour finir, l’autrice et réalisatrice Anaïs Barbeau-Lavalette, dont le film La déesse des mouches à feu sera présenté au Festival de cinéma de la ville de Québec, était aussi de la traversée. 

LIRE AUSSI : Quelques projections en personne au FCVQ

La majorité des photographies dispersées dans le livre ont été prises par le photographe Charles Bilodeau ainsi que par deux étudiants du Cégep de Matane.

<em>La Traversée des écrivains</em>