Québec en toutes lettres va se déployer dans la ville, dans le respect des normes sanitaires qui seront en vigueur cet automne.
Québec en toutes lettres va se déployer dans la ville, dans le respect des normes sanitaires qui seront en vigueur cet automne.

La 11e édition de Québec en toutes lettres aura bel et bien lieu en octobre

Guillaume Mazoyer
Guillaume Mazoyer
Le Soleil
Le populaire festival québécois de littérature aura bel et bien lieu du 15 au 25 octobre. Sous forme d’événements virtuels et de rendez-vous physiques, Québec en toutes lettres prévoit plusieurs scénarios d’organisation en fonction des normes sanitaires qui seront en vigueur cet automne.

Cette 11e édition de Québec en toutes lettres en sera une assurément particulière par rapport aux dix précédentes. «On veut ramener de l’émerveillement dans la capitale en cette période de pandémie, indique le directeur général de la Maison de la littérature et du festival Québec en toutes lettres, Dominique Lemieux. Notre but est aussi de donner de l’espoir au milieu culturel, qui a été durement affecté.» Le festival travaille actuellement à rassembler plus de 100 écrivains pour l’événement. La programmation complète sera dévoilée en septembre prochain.

Cette édition est marquée du sceau de la collaboration, plus particulièrement avec les organismes touchés par la crise actuelle. Québec en toutes lettres se pose en allié d’autres manifestations artistiques comme Québec BD, le Salon du livre de Québec ou encore le festival de contes et menteries. L’équipe organisatrice étudie des partenariats avec ces festivals pour les soutenir et leur octroyer une place dans cette édition d’octobre. «Après un été de disette culturelle, ça va faire du bien», croit Dominique Lemieux.

Plusieurs scénarios sont envisagés en fonction des normes sanitaires qui seront en vigueur en octobre. La flexibilité est le mot d’ordre pour l’organisation de cette édition. «Depuis plusieurs mois, l’équipe de Québec en toutes lettres a repensé l’événement afin de pouvoir offrir un festival qui répond à la fois aux attentes du milieu et du public ainsi qu’aux exigences de cette période singulière», confirme Isabelle Landry, nouvelle présidente du conseil d’administration de l’Institut canadien de Québec, qui gère notamment le festival.

Présent depuis plus d’une décennie, l’événement littéraire de la capitale connait une réelle expansion. Selon Dominique Lemieux, plus de 200 000 personnes ont été rejointes en 2019 comparativement à 30 000 en 2017. Québec en toutes lettres cherche à réinventer la forme des festivals de ce genre, en proposant, en plus des séances de tables rondes et de dédicaces avec des auteurs, une série de spectacles, des expositions, des performances, des arts vivants ainsi qu’une nuit de poésie.

La Ville de Québec a confirmé son soutien financier au festival. «On sentait que les autorités municipales souhaitaient offrir aux citoyens des occasions de se retrouver autour d’activités rassembleuses et distinctives», commente Dominique Lemieux.

Ce soutien s’ajoute au financement que les gouvernements provincial et fédéral s’étaient engagés à maintenir pour protéger la vitalité du milieu culturel dans le contexte actuel.