L’artiste Miro Belzil
L’artiste Miro Belzil

Les choses vont bien pour Miro

S’il a un peu douté de lui au moment de lancer sa carrière solo, l’an dernier, Miro Belzil n’a jamais douté de son envie de faire de la musique. Et les derniers jours tendent à lui donner raison, lui qui vient de remporter deux prix au Gala des Prix Rideau.

D’abord invité à présenter une vitrine officielle dans le cadre de l’événement Rideau, le « plus important rendez-vous francophone des arts de la scène en Amérique », qui se tenait à Québec du 16 au 20 février, le chanteur multi-instrumentiste originaire de Granby a fait bonne impression. En compagnie de ses musiciens, Miro a offert une prestation originale, teintée de hip-hop, de soul et de pop, à l’image de son album En retard sur ma vie.

« J’étais avec ma team de rêve. C’était vraiment l’fun et je pense que ça a paru. Il y a eu de l’intérêt pour mon projet et on s’enligne pour faire quelques shows en 2020-2021. »

Il faut savoir que chaque année, Rideau regroupe des centaines d’artistes, de producteurs, d’agents de spectacles et de diffuseurs d’ici et d’ailleurs. C’est donc devant une salle remplie de professionnels de l’industrie et de membres du public qu’il a montré ce qu’il avait dans le ventre. Il a même sorti un as de son chapeau, en offrant en finale une pièce où il jouait du violoncelle. « C’est comme mon arme secrète. Je pense que ça a fait son effet ! »

Mais Miro n’était pas au bout de ses surprises. Non seulement son spectacle a connu un franc succès, mais il lui a aussi permis de se démarquer au gala de clôture de l’événement, en remportant le prix Télé-Québec, qui lui permettra d’offrir une prestation lors de l’émission Belle et Bum au printemps 2020.

Il a aussi mis la main sur le prix Radarts, qui s’accompagne d’une bourse et d’une vitrine lors de la prochaine FrancoFête 2020 en Acadie.

Certitude

Toutes ces bonnes nouvelles ne peuvent que faire du bien à l’artiste pour qui la musique est une certitude. Même durant les mois de flottement entre la fin de l’aventure du duo Blé et le lancement d’En retard sur ma vie, même pendant qu’il construisait lentement son nouvel univers, il n’a jamais songé à faire autre chose.

« Ça a toujours été très clair dans ma tête. Je ne sais pas comment ma musique va sonner dans cinq ou dix ans, mais il n’y a jamais vraiment eu de plan B pour moi. J’ai toujours aimé la musique ; je ne m’en suis jamais tanné. Ce serait vraiment hot de vivre de ma passion. »

À 27 ans, il se dit toutefois plus lucide face à tout cela. « On n’a pas toujours une vue objective sur ce qu’on fait. On peut parfois penser que notre matériel est incroyable, en ne comprenant pas pourquoi il n’y a pas plus d’intérêt chez les gens. Je réalise maintenant que, des fois, il manquait du travail et qu’il en manque encore. C’est le début de ma carrière », dit-il, convaincu d’être là où il doit être.


« J’ai toujours aimé la musique ; je ne m’en suis jamais tanné. Ce serait vraiment hot de vivre de ma passion »
Miro Belzil

Il continue donc à parfaire son spectacle, à apprivoiser la scène en solo et à « viber » ses chansons. « Cet été, je vais me promener dans les festivals, je vais voyager et vivre de belles expériences », affirme-t-il.

On sait que Miro a déjà eu l’occasion d’aller en France à la fin de l’année dernière, et qu’il y retournera bientôt, dans le cadre de résidences de création. L’expérience devrait mener à un important spectacle à Montréal, apprend-on.

Un clip de la pièce Wake-up Call sortira également au début du mois de mars sur sa chaîne YouTube. « Ça va être malade. Il y aura des effets spéciaux. J’ai fait mes propres cascades. C’était cool ! »

Et parce que la création le fait vivre, de nouvelles chansons sont sur le feu, prêtes à se faire entendre sur le web. « Dans mon monde idéal, j’aimerais en sortir quelques-unes en 2020. C’est très concret dans mon esprit. »