«Les bois d’orignal» est une sculpture composée d’un élan en pin loyaliste torréfié, surmonté d’un panache d’aluminium faisant dix pieds de largeur.

«Les bois d’orignal» trône à Sutton

Après avoir coréalisé l’immense coq emblématique de la station de plein air au Diable Vert de Sutton, le sculpteur Daniel Haché vient d’y ériger une seconde œuvre aussi spectaculaire.

L’artiste de Bolton-Est a mis deux ans à imaginer et à façonner Les bois d’orignal, une sculpture composée d’un élan en pin loyaliste torréfié, surmonté d’un panache d’aluminium faisant dix pieds de largeur. En raison de sa légèreté et de sa brillance, c’est d’ailleurs ce qui attire d’abord le regard lorsque la lumière du jour s’y accroche.

La pièce monumentale, haute de plus de 12 pieds, a été installée jeudi dernier avec maintes précautions dans un alpage en altitude, non loin du fameux coq. Pour Daniel Haché, il s’agit, à ce jour, de son œuvre la plus ambitieuse au plan technique.

« Contrairement à un totem, par exemple, l’orignal représentait beaucoup de poids à l’horizontale. J’ai donc dû créer une ossature de métal, cachée dans le bois. Les sabots sont aussi tout en métal », explique-t-il.

Boulonné à une plaque de béton, le lourd objet ne devrait donc pas bouger d’un iota, malgré les forts vents qui balaient la montagne à cette hauteur. Pour la station alpine, Les bois d’orignal devient une autre pièce distinctive qui risque désormais d’apparaître sur les photos de bien des touristes...