L’église Saint-André a été le théâtre d’un concert honorifique offert par 85 choristes du chœur de l’UQAM, dirigé par Pascal Côté, pour l’un de ses fondateurs, le maestro Miklós Takács.

L’église Saint-André vibre en hommage au maestro Takács

L’église Saint-André a été le théâtre d’un concert honorifique offert par 85 choristes du chœur de l’UQAM, dirigé par Pascal Côté, pour l’un de ses fondateurs, le maestro Miklós Takács. En plus de combler les 200 spectateurs présents, le spectacle a permis d’amasser 2500 $ pour le musée de Sutton.

« Je me suis rendu compte qu’il n’y avait pas beaucoup de concerts classiques dans la région, déclare le directeur du musée de Sutton et organisateur du spectacle, Richard Leclerc. J’ai eu cette idée folle, en cette année de 50e anniversaire de mon alma mater, d’inviter ce magnifique chœur que j’ai entendu maintes fois lors du traditionnel grand concert du Vendredi saint à l’église Saint-Jean-Baptiste de Montréal, d’abord avec le maestro Takács, décédé en 2015, puis récemment sous la direction de son digne successeur, Pascal Côté... et Pascal a accepté. »

Les choristes étaient accompagnés au piano par Janie Caron et Pierre Jasmin. « La qualité sonore était à se jeter par terre, rapporte le directeur du musée de Sutton. Je ne sais pas comment les églises étaient construites à l’époque, mais c’est très bon pour le son », rigole-t-il.

Il s’est dit aussi comblé qu’autant de choristes aient répondu à l’invitation. « Ils sont 140 dans le chœur et ils n’étaient pas obligés de se déplacer. S’ils avaient été dix de plus on aurait manqué de place », raconte-t-il.

Miklós Takács est un musicien hongrois, né à Budapest en 1932, qui a émigré en 1973 au Québec. Il a d’abord été engagé comme enseignant à l’UQAM où il a cofondé le chœur qu’il a dirigé jusqu’à l’âge de 81 ans.

Le professeur de musique et musicologue Claude Dauphin lui a rendu hommage dans un touchant discours. « Le spectacle s’est fait sans cérémonie, dans une ambiance absolument magique », indique Richard Leclerc.