La dizaine de comédiens de la troupe de Waterloo.

«Le voyageur sans bagage» à la Maison de la culture de Waterloo

Pour sa production 2019, la Compagnie de Théâtre Sauvageau de Waterloo s’attaque à la pièce «Le voyageur sans bagage» du dramaturge français Jean Anouilh. Une comédie dramatique qui propose une réflexion sur le passé, la mémoire et la quête identitaire.

Une douzaine de comédiens se donneront la réplique sur la scène de la Maison de la culture de Waterloo durant quatre soirs. Encore cette année, la mise en scène a été confiée à Louise-Marie Dion.

« J’aime beaucoup le théâtre français et j’aimais aussi les thèmes des souvenirs et de l’identité qu’on retrouve dans cette pièce. Et puis, la fin me plaisait avec sa touche de suspense », affirme la dame pour expliquer son choix. Le synopsis permettait par ailleurs à tous les artistes d’avoir voix au chapitre.

Inspirée d’un fait vécu et présentée pour la première fois en 1937 dans un théâtre de Paris, la pièce Le voyageur sans bagage a également fait l’objet d’un film en 1944.

On y fait la rencontre de Gaston, dix-huit ans après la Première Guerre mondiale, qui l’a rendu amnésique. Riche un peu malgré lui, l’homme est réclamé par plusieurs familles, dont les Renaud, un clan bourgeois et un peu tordu. Ceux-ci le dépeignent comme leur fils Jacques, un être vil et immoral, qui ne ressemble pas à l’homme qu’il est devenu. Devant de telles révélations, aura-t-il vraiment envie de retrouver la mémoire? C’est ce que l’intrigue révèlera.

Si l’histoire peut sembler sombre à première vue, Mme Dion souligne qu’elle n’est pas dénuée d’humour. « Il y a quelques bouts drôles! », dit-elle, en précisant néanmoins que l’œuvre en cinq actes s’adresse aux spectateurs de 12 ans et plus.

Dans le rôle principal de Gaston, on retrouve le comédien Guy Cormier, qui était revenu au sein de la troupe, l’an dernier, dans la comédie musicale La Belle et la Bête. « Guy est un comédien solide et généreux sur scène. Et il avait l’âge pour jouer le rôle », fait remarquer Louise-Marie Dion.

Sur scène, M. Cormier sera entouré d’Anna Laberge, François Gervais, Louisette Pinard-Blanchard, Roxanne Charlebois, Alexandre Ouellet, Jean-Marc Yockell, Alexandre Foh-Dion, Mélanie Phaneuf, Normand Gendreau, Anne Francoeur et Léo Charpentier.

Dans cette pièce « où on parle beaucoup, mais où on ne bouge pas beaucoup », le défi est quand même de coordonner les déplacements de tout un chacun, affirme Mme Dion.

« Il y a trois changements de décor qui se font durant le jeu, et non à l’entracte. Il faut donc que tous les mouvements soient à la bonne place au bon moment. »

Fidèle, en grande partie, à la version originale, Le voyageur sans bagage suscite inévitablement une certaine introspection, ajoute-t-elle. « C’est une remise en question sur le passé. Où sommes-nous rendus, est-on à la bonne place dans la vie? Mais rassurez-vous, ce n’est pas déprimant! »

ENVIE D'Y ALLER ?

Quand : les 17, 18, 24 et 25 mai à 19 h 30

Où : à la Maison de la culture de Waterloo

Billets : auprès des membres de la troupe et au 450-539-3909