«<em>Live en studio</em> représente pour moi une étape qui marque six ans de création solo (...) C’est un aboutissement et un tournant décisif dans mon travail d’auteur-compositeur que je partage aujourd’hui avec beaucoup d’émotion», affirme Guillaume Beauregard.
«<em>Live en studio</em> représente pour moi une étape qui marque six ans de création solo (...) C’est un aboutissement et un tournant décisif dans mon travail d’auteur-compositeur que je partage aujourd’hui avec beaucoup d’émotion», affirme Guillaume Beauregard.

Le projet surprise de Guillaume Beauregard [VIDÉO]

Marie-Ève Lambert
Marie-Ève Lambert
La Voix de l'Est
Guillaume Beauregard n’est pas de ces artistes qui aiment suivre une seule voie. Après 12 années à temps plein au sein du groupe punk-rock Vulgaires Machins, il a bifurqué vers une carrière solo plus tranquille en 2014 avec D’étoiles, de pluie et de cendres, suivi de Disparition en 2018. L’auteur-compositeur-interprète se dit maintenant prêt à tourner une nouvelle page avec Live en studio, son « projet surprise » dévoilé le 4 septembre.

« Ça représente pour moi une étape qui marque six ans de création solo (...) C’est un aboutissement et un tournant décisif dans mon travail d’auteur-compositeur que je partage aujourd’hui avec beaucoup d’émotion », présente-t-il son projet par voie de communiqué.

Live en studio, c’est un EP de cinq chansons tirées de ses deux albums solos et un court-métrage qui témoigne de l’enregistrement de ces dernières, une aventure qui a réuni 15 musiciens au Studio PM à Montréal le 15 mai 2019 ainsi qu’une vingtaine de fans, à qui on a demandé de filmer l’intime prestation avec leur cellulaire.

Et le résultat est franchement intéressant, autant musicalement que visuellement puisque tous les instruments, cuivres, cordes et harmonies vocales ont été enregistrés simultanément, « comme ça se faisait dans les années 60 », note Guillaume Beauregard, qui s’est entouré de son fidèle complice Gus van Go à la réalisation sonore.

« Enregistrer ensemble, c’est ce qui rend la musique aussi belle et vivante parce qu’une chanson à mon sens est toujours ennoblie par ses imperfections et sa spontanéité. Ça fait longtemps que cette idée me trottait dans la tête. Depuis mon premier album, en fait. Et je suis très content du résultat », affirme-t-il.

Les cinq titres choisis pour ce projet sont Besoin d’amour, Je ne sais plus, Indemne, Mon âme en quarantaine et Nos larmes.

L’idée de filmer le tout avec des cellulaires est celle de Maxime Giroux, a qui on a confié les rênes de la réalisation visuelle. « Il trouvait que de tourner avec seulement deux ou trois caméras n’allait pas rendre justice à l’esprit du projet », indique Guillaume Beauregard.

Ainsi, le court-métrage d’une vingtaine de minutes est composé souvent de deux, trois, voire quatre plans différents présentés simultanément, comme pour accompagner toute cette richesse musicale. Ceux-ci sont diffusés en noir et blanc « pour ne pas que tout ça ait l’air d’une flaque de vomi, image l’auteur-compositeur-interprète. Pour que le cerveau ne soit pas dérangé par d’autres informations que le contenu de l’image. »

Plusieurs mois de travail

Même si ce projet « un peu fou » a été enregistré sur une seule journée, il est le fruit de plusieurs mois de travail, laisse savoir Guillaume Beauregard. « Les nombreuses complexités techniques et le casse-tête logistique derrière nous a demandé un mois de préparation, et ensuite plusieurs mois de postproduction, explique-t-il, car on a dû visionner 20 plans pour chaque chanson, qu’on a jouée deux fois, donc 40 plans différents avant de sélectionner les plus intéressants et de faire le montage. »

Pas étonnant qu’il se dise prêt à tourner une page... « Avec Live en studio, je ferme une boucle sur une idée que j’avais envie d’explorer quand j’ai démarré en solo, admet le Granbyen d’origine. Avec mon premier album, je découvrais, j’inventais une nouvelle façon de travailler. Je sentais que je devais en faire un deuxième pour approfondir cette avenue, la pousser plus loin. Avec ce projet, c’est comme si j’étais allé au bout de cette idée, et que le temps était venu de trouver une nouvelle façon de travailler pour continuer à apprendre. »

Guillaume Beauregard ne s’en cache pas : il pourrait bien nous surprendre éventuellement avec quelque chose de totalement nouveau.

Il est d’ailleurs en processus d’écriture pour un prochain album, fait-il savoir. « Je ne sais pas trop encore quelle direction ça va prendre. Dans mon cas, ce sont les textes qui donnent la direction à la facture musicale. Et l’écriture, c’est une quête. C’est de la recherche et développement. Je me suis rendu compte que c’est en écrivant concrètement un peu chaque jour que la direction se précise. Mais je suis encore en train de défricher. »

Le court-métrage Live en studio est disponible gratuitement sur YouTube, tandis que le EP est en vente sur toutes les plateformes audionumériques.

Guillaume Beauregard ne s’en cache pas : il pourrait bien nous surprendre éventuellement avec quelque chose de totalement nouveau.