Marie-Ève Roy fait maintenant vivre son album Bleu Nelson sur scène.

Le goût de baisser le ton

Depuis qu'elle s'est donné le droit d'exprimer son côté doux et feutré, Marie-Ève Roy a mis au monde son premier album solo et goûte maintenant au plaisir de la scène. En solitaire ou presque.
Bleu Nelson, lancé en mars dernier, est venu trancher de façon saisissante avec son image de chanteuse punk rock des vingt dernières années au sein des Vulgaires Machins. Certains ont aimé, d'autres un peu moins.
« J'ai constaté que les gens ont été surpris de ma proposition. Pas ceux qui me connaissaient, car eux savaient mon envie pour la douceur et la musique ambiante. Ceux qui avaient des attentes par rapport à ce que j'avais fait avant ont pu être déstabilisés... Cela dit, j'ai eu de belles critiques. Golden Bay et Ton appel ont même tourné à la radio anglophone. C'est un album qui continue de se faire découvrir. »
À Waterloo
Après des apparitions aux FrancoFolies et au Festival d'été de Québec, la native de Granby s'est arrêtée à Québec et Chicoutimi ces derniers jours pour assurer la première partie d'Avec pas d'casque. À Saint-Casimir, jeudi, elle chantera avant Joseph Arthur. 
Mais c'est véritablement à la Maison de la culture de Waterloo, ce vendredi, qu'elle brisera la glace pour de bon. Cette fois, ce sera elle la tête d'affiche. 
Bien sûr que c'est stressant, admet-elle en riant. « C'est comme dépouillé de toute armure. Je suis vulnérable. C'est très vertigineux ! Mais tant qu'à avoir fait un album, j'avais envie d'expérimenter des choses. C'est dans l'action qu'on se définit le plus », dit-elle, bien consciente que ceux qui seront devant elle auront choisi de partager son univers empreint de piano et de guitare.
Bon, Marie-Ève ne sera pas toute seule à proprement parler. Son complice Manuel Gasse l'accompagnera sur scène à la guitare et aux percussions. Il joindra aussi sa voix à la sienne. On y entendra les pièces de Bleu Nelson, bien entendu, mais aussi une chanson qu'elle avait écrite pour les Vulgaires Machins et même quelques reprises des années
90 qu'elle a twistées à sa façon. 
S'entendre chanter
Après toutes ces années à chanter fort et à se démener comme une diablesse en spectacle, elle apprécie cette occasion de baisser le ton. Elle le confie d'ailleurs au public entre les chansons de Bleu Nelson. « Je parle un peu de mon parcours et je dis aux gens que ça me fait plaisir de m'entendre chanter ! C'est une énergie complètement différente, qui vient vraiment d'en dedans. Ça me fait du bien de prendre ma place à l'intérieur de moi. »
Et maintenant qu'elle a connu les deux côtés de la médaille - chanter seule et en gang -, elle a envie de quoi ? « Je veux recommencer à écrire pour un autre album solo. Au début, je voyais une carrière solo à long terme. Là, j'aime aussi l'idée d'être dans un groupe. En fait, mon projet à long terme, c'est de faire de la musique, même si la forme peut évoluer. »
Envie d'y aller ?
Quand: vendredi 2 décembre à 20h (avec Tom Chicoine en première partie)
Où: Maison de la culture de Waterloo
Billeterie: www.mcwaterloo.com