En revenant pour une deuxième année de suite, le groupe Dead Obies souhaitait prendre sa revanche sur Dame nature, qui leur avait servi des torrents d'eau en 2016.

Le festival La Grosse Lanterne plus tôt et plus gros!

Désireux de faire oublier les torrents d'eau qui ont déferlé sur les festivaliers l'an dernier, les organisateurs de La Grosse Lanterne ont décidé cette année de devancer l'événement et de le bonifier. La 4e édition du happening béthanien se déroulera donc deux semaines plus tôt, en juillet, et sur trois jours plutôt que deux.
La Grosse Lanterne, c'est aussi du camping le long de la rivière Noire, une forêt illuminée, des arts visuels, des camions de cuisine de rue, des bars à ciel ouvert, des barbecues libre-service et de nombreuses activités en plein air.
« C'est sûr que la pluie y est pour quelque chose dans notre décision : l'an passé est carrément une année à oublier ! Mais on voulait surtout se donner plus de chances d'aller chercher encore plus de monde. En août, les gens commencent à être essoufflés, fatigués de leur été. En juillet, en plus, la température est plus chaude pour le camping », expliquent à tour de rôle Mathieu Pontbriand et Caroline Johnson, qui espèrent cette année attirer entre 4000 et 6000 personnes sur le site de Béthanie entre les 28 et 30 juillet.
La programmation étoffée risque aussi d'en séduire plusieurs. Charlotte Cardin, The Franklin Electric, Tire le coyote, Beyries et Émile Bilodeau animeront la soirée du vendredi, tandis que Dead Obies, Andy Shauf, Gabrielle Shonk, Geoffroy, Poirier et son Migration Soundsystem, Busty and The Bass, Ragers, NKLA, Duchess Says et Les Deuxluxes s'y produiront le samedi. « Tous les artistes en seront à leur première expérience chez nous, à l'exception de Dead Obies, qui revient pour une deuxième année de suite », fait remarquer Mathieu Pontbriand.
« Et la raison pour laquelle ils reviennent est qu'ils voulaient vraiment prendre leur revanche sur Dame nature ! », ajoute Caroline Johnson.
Petite nouveauté cette année : la scène électronique sera davantage mise en valeur avec la scène Piknic Électronik. « On a toujours eu des DJ, mais cette année, on a donné plus d'ampleur aux installations techniques, de sorte que l'expérience sera plus grandiose », explique le fondateur et organisateur de l'événement.
Dimanche en bonus
Les organisateurs offriront cette année la journée du dimanche en bonus à l'expérience, mais avec une formule plus relaxe. Le site sera disponible jusqu'à 16 h, et plusieurs activités seront proposées « aux éclopés ». « Il y aura notamment du yoga, mais aussi d'autres surprises. L'idée, c'est de développer l'esprit "colonie de vacances" tout en incitant les gens à "chiller" sur place. Ils pourront déjeuner tranquilles, profiter de la nature... », laisse entendre la responsable de la programmation.
Du reste, celle-ci n'a pas tellement changé, bien que Mathieu Pontbriand et Caroline Johnson en peaufinent la recette d'année en année. Camping le long de la rivière Noire, forêt illuminée, arts visuels, camions de cuisine de rue, bars à ciel ouvert et barbecues libre-service feront encore partie de l'aventure La Grosse Lanterne. Un système de transport aller-retour Montréal-Béthanie à la journée ou pour le week-end est aussi encore proposé.
« On essaie vraiment de créer quelque chose d'unique pour se démarquer de tous les autres festivals, et on se concentre sur nos quatre grandes lignes directrices : la bonne bouffe et les alcools de la région, la musique underground et des artistes émergents, la création d'un univers particulier avec l'illumination de la forêt et la nature, tant au niveau du plein air que de l'environnement », dit Mathieu Pontbriand. D'ailleurs, pour chaque billet vendu, 1 $ sera remis à l'organisme Arbre-Évolution afin de faire du reboisement.
Pour tous les détails ou l'achat de billets : grosselanterne.com.