Le rappeur fransaskois Kaya Free est toujours en attente de son statut de résident permanent.

Le Festival de la chanson doit refuser un candidat

Le Fransaskois Kaya Free ne pourra profiter de son laissez-passer pour le Festival de la chanson de Granby, obtenu en remportant la compétition musicale Chant’Ouest en septembre dernier. L’organisation a dû lui refuser l’accès puisque le rappeur ne répondait pas à tous les critères d’admissibilité de son concours.

Parmi ceux-ci : « détenir la citoyenneté canadienne ou avoir le statut de résident permanent au Canada », est-il spécifié dans les exigences du FICG.

Or, Kaya Free est en attente de sa résidence permanente. Originaire du Burundi, il est arrivé au Canada le 29 juin 2017 avec un visa de travailleur, indique-t-il à La Voix de l’Est.

Cette situation ne posait aucun problème au moment de ses participations aux concours Nouvelle scène, en Saskatchewan, puis Chant’Ouest, qui l’a sacré colauréat avec Jérémie & The Delicious Hounds. Il devait toutefois obtenir sa résidence permanente — dont la demande en ce sens était déjà envoyée à ce moment-là, confirme-t-il — avant le 1er février 2019.

Cette date limite avait été déterminée par le FICG pour ne pas entraver l’organisation des premières formations destinées aux Franco-canadiens en avril, explique le directeur général par intérim du Festival, Érick-Louis Champagne.

Tous avaient bon espoir qu’il l’obtiendrait à temps, ce qui ne fut malheureusement pas le cas. Sa demande est toujours en cours de traitement, laisse savoir Kaya Free.


«  Si on fait des exceptions, on n’est pas transparent. Et dès qu’on permet une exception, on ouvre la porte à plein d’autres demandes d’exception.  »
Érick-Louis Champagne, DG par intérim du FICG

« Je suis vraiment déçu de ne pas pouvoir me mesurer aux candidats de l’est du Canada, et j’aurais aimé représenter les nouveaux arrivants, a réagi ce dernier au bout du fil jeudi. Mais le règlement, c’est le règlement. Il faut rester professionnel là-dedans, responsable et surtout positif, car en restant positif, on peut avoir de belles surprises. »

L’homme de 32 ans a bon espoir d’avoir obtenu sa résidence permanente avant l’édition 2020 du Festival de la chanson de Granby, à laquelle il compte bien participer même s’il doit passer par le processus d’auditions.

Le rappeur émet toutefois le souhait d’éventuellement voir une mise à jour du règlement, « pour mieux l’adapter aux nouvelles réalités d’immigration ».

Pas d’exception

De son côté, bien qu’il trouve la situation « vraiment dommage parce que c’était un talent intéressant », M. Champagne affirme qu’il n’a jamais été question de faire une exception face à cette situation. « Si on fait des exceptions, on n’est pas transparent. Et dès qu’on permet une exception, on ouvre la porte à plein d’autres demandes d’exception », expose-t-il.

Il ferme également la porte à une modification du règlement, principalement parce que « les bourses remises lors du concours doivent servir à développer des carrières ici ».

C’est donc finalement l’Albertaine Renelle Ray qui remplacera Kaya Free à Granby en août aux côtés de Jérémie & The Delicious Hounds. Elle avait terminé troisième à Chant’Ouest.

Le 51e Festival international de la chanson de Granby se déroulera du 14 au 24 août prochain.