Les Flying Joes : Yves Côté, Syd Bédard et JF Arsenault

Le chemin un peu rocailleux des Flying Joes

En marge du hip-hop, de l’electro house, de l’indie pop et des autres styles qui pullulent sur la planète musique, le groupe québécois Flying Joes arrive à tirer son épingle du jeu avec son power rock des années 80. Celui des vestes de cuir, des cheveux longs et des lourdes bagues en argent. Pour financer une partie de son prochain album, le trio investira la Maison de la culture de Waterloo le 1er mars prochain, en proposant du même coup son autre groupe, CCR Reborn. Un deux pour un.

De l’avis même du chanteur et bassiste Syd Bédard, la carrière des Flying Joes connaît le « chemin un peu rocailleux » des groupes rock qui produisent du matériel original. Lancer un album — et un deuxième dans leur cas — n’est donc pas banal. Après Let It Out, bien accueilli dans le milieu, le trio est en pleine création d’Invincible, qui devrait être disponible en format numérique et en version CD en octobre prochain.

Un premier extrait du même nom a d’ailleurs été lancé en novembre dernier, en avant-goût de cet album en devenir. Quand La Voix de l’Est a parlé à Syd Bédard cette semaine, lui et ses complices — Yves Côté et JF Arsenault — s’apprêtaient à entrer en studio pour enregistrer les 11 autres pièces d’Invincible, avec le réputé réalisateur Glen Robinson.

Syd Bébard qui, comme Yves Côté, est né à Granby, explique ainsi le choix du titre : « En ces temps de désillusion, d’esprit de division et de chaos qui s’installent dans le monde, c’est plus important que jamais de rester unis, avec la famille, les amis... Il faut encourager la tolérance. Ensemble, on est invincibles ! »

La ligne directrice demeure néanmoins assez hétéroclite, ajoute-t-il. Il y sera notamment question de séduction, de figure paternelle, d’espoir et de protection de l’environnement... Toutes les paroles du groupe montréalais sont en anglais. Parce que c’est plus accessible, plus « international » et donc plus pratique pour vivre de leur musique, explique Bédard, qui a longtemps fait du rock francophone, cependant.

CCR Reborn

En se produisant sur la scène de Waterloo le 1er mars, le groupe espère attirer assez d’amateurs de rock pour combler une partie des dépenses engendrées par la production d’Invincible.

Pour y arriver, les gars ont plus d’un tour dans leur sac. Comme proposer, le même soir, une prestation de leur autre formation, CCR Reborn, en hommage au groupe Creedence Clearwater Revival (CCR). « CCR Reborn marche très bien et ça a un gros impact. On va donc chercher les spectateurs par la porte d’en arrière, en leur présentant Flying Joes en première partie. En 2019, on mélangera souvent nos deux groupes en spectacle », indique le rockeur.

Bref, les trois musiciens présenteront d’abord 40 minutes du matériel des Flying Joes, avant de s’attaquer au répertoire de CCR en prestation principale. Pour cette seconde partie, le claviériste Gab Heinz se joindra au trio.

Envie d’y aller ?

Quand : le vendredi 1er mars à 20 h

Où : Maison de la culture de Waterloo

Billets : www.ovation.qc.ca