Le 12 août, j'achète un livre québécois: quelques suggestions de nos auteurs

La journée du 12 août, j'achète un livre québécois est de retour pour une quatrième année. Célébré ce samedi, l'événement a rapidement fait boule de neige depuis qu'il a été lancé sur les réseaux sociaux en 2014 par l'auteur brighamois Patrice Cazeault. Pour l'occasion, La Voix de l'Est a demandé à quelques auteurs de la région une suggestion de lecture québécoise à se procurer. Voici la liste qu'ils vous ont préparée.
MARIO HADE
L'auteur Mario Hade
D'emblée, je vous dirais Ismène Toussaint avec La maîtresse d'école (NDLR : 2 tomes), qui raconte l'histoire de Gabrielle Roy dans un français impeccable. Mais il y a aussi Richard Gougeon avec L'épicerie Sansoucy (NDLR : 3 tomes) qui est aussi excellent avec sa description d'un Montréal pas si lointain. Entre les deux, je suis bien embêté.
RICHARD GOUGEON
L'auteur Richard Gougeon
Je propose La maîtresse d'école, un roman historique écrit par Ismène Toussaint (qui vit à Montréal), publié aux Éditeurs réunis. Un chef d'oeuvre ! Chaque fois que je tournais une page, j'avais le sentiment d'ouvrir un coffre aux trésors. Une histoire fort intéressante, grandement documentée et menée brillamment. Personnages très bien campés et attachants. Un ouvrage plein de vertus littéraires qui mérite de nombreux prix.
PATRICE CAZEAULT
L'auteur Patrice Cazeault
La Cache, de Sandra Dussault (NDLR : 2 tomes). Une série jeunesse décomplexée, avec des personnages criants de vérité et un mystère à résoudre épais comme ça.
SARAH-MAUDE BEAUCHESNE
L'auteure Sarah-Maude Beauchesne
Sauf que j'ai rien dit, de Lily Pinsonneault. Pourquoi ? Parce que c'est une auteure de ma génération qui écrit dans une langue riche et pleine d'humour et d'émotions vraies. En plus, on a commencé à la même place, en travaillant dans le même café. On a comme un petit lien magique d'auteures baristas.
LUCE FONTAINE
L'auteure Luce Fontaine
La Femme de Berlin, de Pauline Vincent, aux Éditions Alire. Un livre comme je les aime avec des intrigues bien menées, des mystères incroyables, et une période de notre histoire et de notre passé encore méconnue. Pauline Vincent aborde l'aspect historique de l'espionnage au Canada, et ici même, au Québec, et ce que j'aime dans l'écriture de cette auteure, c'est que ses personnages sont attachants et qu'ils dégagent beaucoup d'humanitude et d'amour inconditionnels. L'histoire est tellement bien décrite que les figurants prennent vie sous nos yeux, au fil des mots qui défilent à la lecture des pages.