L’auteure Lily Gaudreault

L’appel du huard : sur les traces du père

Lily Gaudreault est catégorique : L’appel du huard est son premier roman, mais certainement pas son dernier. La Bromontoise d’adoption, qui lancera dans quelques jours cette œuvre où « tout est faux et tout est vrai à la fois », a découvert à travers l’écriture une forme d’affranchissement et surtout un grand plaisir.

Issue du milieu culturel, formée en traduction, journaliste et rédactrice, Lily Gaudreault avait tous les atouts pour devenir romancière. Pour se lancer, il a pourtant fallu qu’une connaissance la mette au défi. Cet ami scénariste s’est proposé pour la soutenir et jouer le rôle de premier lecteur.

« Je lui soumettais un ou deux chapitres à la fois et on discutait de l’histoire ensemble. Petit à petit, j’ai fini par faire ce livre. Il m’a ensuite poussé à me trouver un éditeur. Je lui dois beaucoup », dit-elle sans dévoiler l’identité de son ange gardien littéraire.

C’est nichée en pleine nature, dans la montagne, que Lily Gaudreault a trouvé la liberté d’écrire, sans pression, sans attentes, en se permettant de prendre le temps de polir son style et de faire les recherches qui s’imposaient.

Son personnage principal étant avocate criminaliste, Mme Gaudreault a dû fignoler les détails, par souci de vraisemblance. Et parce qu’elle y aborde aussi des questions sociales, comme la question autochtone ou l’exploitation du territoire notamment, beaucoup de lecture a aussi été nécessaire.

« Mais c’est un roman, ce n’est pas un traité de sociologie. C’est une œuvre de fiction basée sur des faits réels, mais c’est aussi une envolée littéraire, ma propre fantaisie », tient-elle à préciser.

Présenté sous forme de roadtrip sur des routes du Nord imaginées à partir de plusieurs paysages que l’auteure a vus dans sa vie, L’appel du huard raconte le cheminement de Janie Fontaine, marquée par son père Léo, souvent absent mais néanmoins fascinant. Après avoir reçu un message troublant à son sujet, elle replonge dans ses souvenirs et se lance sur ses traces. Avec les mensonges et les vérités qui y sont liés.


« C’est un roman, ce n’est pas un traité de sociologie. C’est une œuvre de fiction basée sur des faits réels, mais c’est aussi une envolée littéraire, ma propre fantaisie »
Lily Gaudreault

« Mon héroïne est une personne extrêmement sensible, elle a des antennes face aux éléments extérieurs, aux ondes, aux ambiances. Elle manque un peu d’audace et elle la trouve sur son chemin », résume Mme Gaudreault.

L’épilogue s’attarde d’ailleurs longuement sur l’impact important que cette « quête de vérité et de liberté » aura eu sur la suite de son existence.

Alors, vrai ou faux, cette histoire ? « On puise toujours un peu dans les fondements de la famille. Je me demandais souvent ce qui aurait pu se passer à partir de certains faits. J’ai fait imploser la cellule familiale pour l’amener ailleurs. Je leur ai fait transgresser les lois. »

Bonheur

On devine le réel bonheur que la romancière a connu en échafaudant ce récit.

« J’ai beaucoup de plaisir à écrire et à essayer différentes formules. C’est comme une mosaïque. J’écris spontanément, j’ai des images, des dialogues, des descriptions, et j’ajoute ensuite des enchaînements qui peuvent surprendre le lecteur. Je n’écris pas de façon linéaire pour briser un peu les cadres. »

Jolie particularité, Lily Gaudreault commence chaque section de son ouvrage par quelques mots imprimés en gras, comme des poèmes miniatures pour installer l’ambiance et l’émotion. « J’y tenais beaucoup. Mon écriture est un peu lyrique, alors ces petits haïkus, c’est vraiment de l’écriture très émotive et spontanée », dit-elle.

Parallèlement à L’appel du huard, Lily Gaudreault a composé une nouvelle et se penche actuellement sur son second roman. Comme un clin d’œil à sa Janie, la nouvelle héroïne sera aussi avocate criminaliste. Mais il sera cette fois question d’une histoire d’amour « très contrariée »...

L’appel du huard sera disponible en librairie le 4 mars. Le lancement officiel aura lieu le 16 avril à la Bibliothèque municipale et scolaire de Bromont.