Hector Ruiz et Dominic Marcil à la Taverne nationale, qui a inspiré leur recueil.

Lancement du livre Taverne nationale: une histoire de soif

Il y a un an presque jour pour jour, Dominic Marcil et Hector Ruiz étaient attablés à la Taverne nationale pour nous parler de leur projet Piliers poétiques de taverne/Tournée générale, une soirée de poésie ayant pour thème ce véritable monument du paysage granbyen. Fortement inspirés par la buvette et ses habitués, les deux enseignants au collégial ont pondu un recueil qu’ils présenteront au public ce vendredi soir.

« On s’est lancé dans ce projet sans connaître l’aboutissement. Et voilà, c’est ce livre qu’on a nommé Taverne nationale », glisse Dominic Marcil au sujet de l’ouvrage d’environ 130 pages qui, en cours d’écriture, a dépassé l’intention poétique. « Au final, on a réalisé que ce lieu générait plein d’histoires. C’est devenu un livre où cheminent la poésie, le court récit, le témoignage fictionnalisé, la chronique historique et la photographie ancienne et récente. Si on avait essayé de faire fiter tout cela en poésie, on aurait dénaturé le projet. »

Le lecteur y trouvera ainsi un ouvrage hybride sur un sujet peu commun. Et intrigant. « On a essayé de comprendre l’attirance des gens envers ce lieu, la fascination qu’elle exerce sur nous. Il y a une réflexion, avec des pistes sociologiques et historiques. »

Car en marge des recherches qu’ils menaient sur le sujet à la Société d’histoire de la Haute-Yamaska, les deux hommes ont beaucoup fréquenté la Taverne nationale, sans jugement et avec beaucoup de curiosité. « On est allés à la rencontre des clients, on a jasé avec eux... Aller vers l’autre, se livrer, ça m’a sorti de ma zone de confort. Ç’a donné un beau livre sur le plan graphique, mais côté contenu, c’est le projet auquel j’accorde le plus de crédit. J’en suis très fier », confie Dominic Marcil, qui enseigne la littérature au Cégep de Granby et qui a publié quelques textes et poèmes par le passé.

Et comble de hasard — et de bonheur — le duo d’auteurs lance son recueil alors que le Musée de la civilisation de Québec s’apprête à présenter l’exposition Broue. L’homme des tavernes du 30 octobre prochain au 3 janvier 2021. « On va collaborer avec le Musée. Il y aura un lancement du livre, un événement de lectures... », indique-t-il.

Le lancement officiel de Taverne nationale aura toutefois lieu à Granby, au cœur même de leur inspiration. MM. Marcil et Ruiz liront des extraits, en compagnie d’invités. Un micro ouvert permettra également aux gens du public de lire un texte de leur cru. Mieux vaut cependant s’inscrire à l’avance au dmarcil@cegepgranby.qc.ca

Taverne nationale est disponible dans les librairies et sur le web.