Vanessa Borduas, Édouard Lagacé et Renée Wilkin sont parmi les 20 artistes qui prendront part à la 4e Tournée Feu de camp cet été.

La Tournée Feu de camp s’enflamme

La Tournée Feu de camp mis sur pied par Andréanne A. Malette en 2016 devra peut-être bientôt se nommer Tournée Feu de joie. Le concept prend de l’ampleur d’année en année, si bien que ce sont pas moins de 20 artistes qui sillonneront l’est du Canada cet été, soit quatre fois plus que l’an dernier.

« Pour répondre à la demande, on n’avait pas le choix, laisse savoir l’auteure-compositrice-interprète et productrice granbyenne. On recevait plus d’une centaine de demandes chaque année, mais on ne pouvait que répondre à une quarantaine. On perdait beaucoup d’opportunités. »

Ses spectacles acoustiques et intimistes ne sont pas populaires qu’auprès du public, ils le sont aussi chez les artistes, si bien qu’il n’a aucunement été difficile d’en recruter de nouveaux. Tous ceux qui ont participé aux précédentes éditions désiraient répéter l’expérience — François Lachance, Jean-Marc Couture, Céleste Lévis, David Paradis, Yvan Pedneault et Pascale Picard. D’autres l’ont contactée directement pour faire affaire avec elle, et d’autres ont été approchés et ont dit oui instantanément, explique Andréanne.

Ainsi, Stéphanie Bédard, Joannie Benoit, Vanessa Borduas, Tom Chicoine, Ryan Kennedy, Jordane Labrie, Antoine Lachance, Édouard Lagacé, Maxime McGraw, King Melrose, Sophie Pelletier, Geneviève Racette, Andy St-Louis et Renée Wilkin joignent les rangs de la 4e Tournée Feu de camp, qui se déroulera du 15 mai au 15 octobre.

« On a des artistes là-dedans qui viennent du Nouveau-Brunswick ou d’Ottawa, ce qui nous ouvre des portes dans les Maritimes et en Ontario », se réjouit celle qui a fondé les Productions Nia il y a trois ans.

Comme l’été dernier, Andréanne A. Malette ne prend pas part au concept qu’elle a mis au monde, elle qui poursuit sa tournée entamée en janvier 2018. C’est d’ailleurs son désir de voir se perpétuer sa formule qui l’a poussée à engager d’autres artistes. « J’ai tellement tripé à faire ce genre de shows-là, je me disais que je ne pouvais pas laisser mourir ça quand je ne pouvais pas le faire. Ça crée des liens super le fun avec le public », dit-elle.

La Tournée Feu de camp, c’est 90 minutes de spectacle sans entracte composées d’un mélange de grands classiques et des propres compositions de l’auteur-compositeur-interprète présent. Campings, parcs, terrasses, bateaux de croisières, entreprises ou même cours arrière, elle se déplace n’importe où.

« La seule condition, c’est que ça prend un feu ! », rappelle la fondatrice, qui espère cette année être en mesure d’offrir une centaine de prestations.

Une belle réputation

Auteure-compositrice-interprète à la base, Andréanne A. Malette continue de se bâtir en parallèle une solide réputation de femme d’affaires dans le milieu artistique, si bien que les demandes affluent pour du coaching sur l’autoproduction. « C’est rendu que je reçois cinq ou six demandes de café par semaine d’artistes qui veulent que je les guide là-dedans. »

Parfois, ce sont des artistes émergents, d’autres fois, des ressortissants de La Voix qui s’interrogent sur le après, d’autres fois encore, ce sont des artistes établis qui se questionnent à savoir s’ils renouvellent leur contrat, indique-t-elle.

Par économie de temps, elle a décidé de réunir les intéressés en petits groupes et offrira ce printemps quelques ateliers sur l’autoproduction. En parallèle, elle prépare un troisième album, qu’elle espère dévoiler en 2020. « J’ai trois ou quatre chansons de prêtes », signifie-t-elle.

Et bien sûr, la jeune femme poursuit sa tournée. Elle s’arrêtera d’ailleurs à l’église Emmanuel de Cowansville ce vendredi 22 mars, à 20 h. Pour des billets : www.surlascenedavignon.com.