Michel Lafrance, maire de Sutton, Karine St-Pierre, présidente du conseil d’administration de la SAGP, Andrée Pelletier, membre fondatrice et présidente d’honneur et Robert Toupin, comédien et ambassadeur de la SAGP, ont tenu à souligner le quinzième anniversaire de la Salle Alec et Gérard Pelletier lors d’un point de presse.

La salle Alec et Gérard Pelletier veut s’émanciper

La salle Alec et Gérard Pelletier respirait le bonheur, mercredi soir, à Sutton. Pour souligner la quinzième année d’existence de ce lieu culturel, l’organisation a tenu une conférence de presse. L’occasion idéale pour annoncer que la salle redéfinira son image et se positionnera en tant que diffuseur officiel.

« On veut se faire valoir et faire comprendre qu’on n’est pas juste une petite salle parmi tant d’autres. On veut prendre de l’expansion en dedans comme en dehors », a expliqué Karine St-Pierre, présidente du conseil d’administration de la salle Alec et Gérard Pelletier (SAGP).

Libérée de dettes depuis un an, la salle est désormais admissible au Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) pour être reconnue comme un diffuseur officiel.

Cette reconnaissance ne serait pas banale puisque des subventions gouvernementales supplémentaires aideraient à payer les frais de roulement de la compagnie et alléger le fardeau des procédures administratives.

« Présentement, on a un seul salaire, celui de Carole Martineau, la directrice générale. On aimerait avoir un autre salaire pour engager une personne qui va comprendre les rouages de l’endroit », a indiqué Mme St-Pierre.

Ainsi, cette dernière croit qu’en instaurant des plans d’investissements, l’organisation pourra penser à autre chose qu’à la « structure et la survie [de la salle] et se concentrer sur le contenu créatif ».

« La chose que je peux dire en tant que porte-parole de la culture, c’est que la Ville a toujours soutenu et va continuer à soutenir cette institution qui répond à un besoin », a promis André Forest, conseiller municipal à la Ville de Sutton.

Rétrospection

L’OSBL s’est servi de ce quinzième anniversaire comme levier pour redéfinir la salle et revamper son plan stratégique. « Avoir quinze ans, c’est de retourner à la base et de voir qu’elle était la mission. La mission de base était d’une beauté extraordinaire. Ce que nous avons fait, c’est de voir quel serait notre nouvel élan pour porter la même mission, qui a besoin d’être redynamisée », a souligné la nouvelle et toute première directrice artistique de la SAGP, Monik Paskal Potvin.

Non seulement la salle veut se démarquer avec l’originalité et la diversité de sa programmation, mais elle veut également devenir un lieu incontournable pour les productions externes. En tant que carrefour culturel de Sutton, les responsables de salle martèlent qu’ils veulent prendre de l’expansion et établir des contacts avec les autres scènes alternatives dans Brome-Missisquoi.

Le bien-fondé de la SAGP a entre autres été souligné par maints témoignages. « Si j’habite à Sutton, c’est à cause de cette salle », a lancé un ancien résident de Saint-Armand. « Je suis émue de voir tout le travail qui a été accompli par tellement de gens », a dit, larme à l’œil, Andrée Pelletier, membre fondatrice et présidente d’honneur.

La contribution des bénévoles a également permis à la salle de se rendre où elle est aujourd’hui. « On pense que c’est 500 personnes qui ont contribué à la salle depuis 15 ans », a estimé Monik Paskal Potvin.

« Je souhaite que cette institution se développe autant qu’elle l’a fait dans les dernières années », a ajouté M. Forest.

Programmation spéciale

Ce quinzième anniversaire sera célébré durant toute l’année. En effet, la directrice artistique a concocté une programmation spéciale pour l’occasion. En plus de la programmation régulière, viendra s’ajouter une « soirée prestige », le 17 novembre prochain, avec Émile Proulx-Cloutier. « Ce spectacle unique a été conçu pour nous et en hommage à nous », a annoncé fièrement Mme Potvin. Les billets sont en vente au coût de 125 $, dont 90 $ sont remis en reçu d’impôts.

En février, un week-end de conférence a été prévu. « Le divan à palabres » rassemblera, du 8 au 10 février, quatre événements. À commencer par Le bonheur de bénévoler par Jean-Marie Lapointe, Le Show d’amour par Marcia Pilote, Le dernier sacrement par Denis Bouchard et pour finir, Les folles épopées de Johnny-D par Jean-David Pelletier.

Ensuite, le 17 mars, le spectacle interactif Bill Bestiole viendra divertir les jeunes. Hélas, ce n’est qu’un spectacle d’humour ! de Philippe-Audrey Larrue-St-Jacques sera présenté le 4 mai. Le 12 octobre, Sophie Faucher présentera Frida Kahlo Correspondance. Pour terminer, Judi Richards et ses filles offriront Noël chez les Deschamps, le 30 novembre.

Rénovations

Par ailleurs, la nouvelle année débutera sous le signe du changement pour la SAGP, qui a annoncé une mise à niveau de ses installations. L’endroit, qui peut accueillir jusqu’à 120 personnes, augmentera sa capacité d’accueil à 150 places d’ici la fin de 2019. Des agrandissements par l’intérieur seront donc réalisés « pour plus de flexibilité créatrice, pour mieux répondre à la diversité des projets et pour être plus ouverts à toutes les possibilités ».

« On travaille fort pour avoir les fonds », a laissé savoir Mme St-Pierre.

Pour acheter vos billets ou connaître les heures de spectacles de la programmation spéciale, on consulte le www.salleagpelletier.com.