La conférence que Denise Filiatrault viendra donner mercredi au Théâtre Juste pour rire Bromont est en quelque sorte un condensé de sa biographie, qui sortira en librairie le 4 octobre prochain.

La passion selon Denise Filiatrault

Denise Filiatrault est reconnue pour sa fougue débordante. Ce n'est pas pour rien si Juste pour rire lui a demandé de monter une conférence sur la passion pour son volet Juste pour réfléchir.
« J'ai toujours tout fait avec passion, autant dans ma vie personnelle que professionnelle. C'est probablement ce qui fait que même à 86 ans, je ne suis pas fatiguée », lance d'entrée de jeu la grande dame du paysage culturel québécois en entrevue avec La Voix de l'Est. « Bon un peu quand même, je commence là... », concède-t-elle aussitôt.
Cette passion qui l'anime pour le métier et les différents projets dans lesquels elle s'embarque est, assure-t-elle, restée la même durant toutes ces années. « Mais elle s'est assagie... », nuance la comédienne, metteure en scène, scénariste, réalisatrice et directrice du Théâtre du Rideau Vert.
Surtout, dit-elle, en ce qui a trait à sa vie amoureuse. « J'ai vécu des amours très tumultueuses, de sorte qu'à 56 ans, j'ai mis une croix là-dessus. Je me suis dit "OK, maintenant­, c'est assez". »
Pourtant, Denise Filiatrault ne regrette rien. « Même si je trouve aujourd'hui que c'était un peu une perte de temps, mais je ne pouvais pas savoir à ce moment-là », raisonne-t-elle.
C'est de tout ça qu'elle parlera au public, mercredi soir, au Théâtre Juste pour rire Bromont. De ses amours, de ses deux filles, Danièle et Sophie Lorain, et de son petit-fils - « ils passent avant tout le reste ». De ses débuts dans les cabarets - « la pire époque de ma vie parce qu'elle n'avait rien de poétique, comme se l'imaginent les gens, à performer devant un public saoul à 1 h du matin ». Des Belles histoires des pays d'en haut, de Moi et l'autre, de Demain matin, Montréal­ m'attend... Et de tout ce qui a suivi jusqu'à sa plus récente mise en scène, celle de Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu, qui s'ar­rêtera d'ailleurs au Palace de Granby le 7 octobre. La pièce, inspirée du film du même nom, met notamment en vedettes Rémy Girard et Micheline Bernard.
Née pour un p'tit pain
Cette conférence d'un soir sera, pour ainsi dire, un condensé sur scène de sa biographie, qui sortira en librairie le 4 octobre prochain. « Au départ, je ne voulais pas m'embarquer là-dedans [l'écriture de sa biographie]. Je suis bien trop paresseuse ! Mais tout le monde me disait que si je ne le faisais pas, les autres allaient s'en charger, ils allaient faire ça tout croche et j'allais gueuler. Alors, je me suis retroussé les manches », raconte-t-elle avec son franc-parler légendaire.
Le titre de l'ouvrage, écrit en collaboration avec sa fille Danièle, a de quoi faire sourire quand on regarde la carrière que Denise Filiatrault a menée : Née pour un p'tit pain. « Ma mère disait toujours ça... "Quand t'es née pour un p'tit pain...". Heureusement, je me suis aperçue en vieillissant, surtout avec René Lévesque, que quand on le voulait, on pouvait arriver quelque part », conclut celle qui a été faite Chevalier de l'Ordre des Arts et des lettres de la République française le 27 août dernier. Cette récompense s'ajoute à l'honneur qui lui a été décerné par le Conseil des arts et des lettres du Québec, qui l'a sacrée Compagne des arts et des lettres du Québec, plus tôt cette année.
Envie d'y aller ?
Quand : le mercredi 20 septembre
 : au Théâtre Juste pour rire Bromont
Billetterie : www.theatrebromont.com