L’événement, qui avait des airs de colonie de vacances, mariait musique, plein air et bonne bouffe.

La Grosse lanterne ne revient pas

Malgré ce que les organisateurs avaient laissé entendre l’an dernier lors de l’annulation de leur édition 2018, le festival La Grosse lanterne ne sera pas de retour cet été.

« C’est triste, mais tout est en suspend entourant le festival », a confirmé Mathieu Pontbriand, le fondateur et directeur artistique de l’événement, lundi à La Voix de l’Est.

Cependant, il assure que ce festival en forêt né il y a cinq ans pourrait renaître un jour. « Rien n’est exclu. Il faut que je me fasse une tête sur ce qu’il en adviendra, que je repense à tout ça. Mais c’est clair que la vocation du festival est à repenser », concède-t-il.

« Des idées de grandeur »

Mathieu Pontbriand avait mis sur pied le festival La Grosse lanterne en 2014 sur un immense terrain boisé à Béthanie. L’événement, qui avait des airs de colonie de vacances, mariait musique, plein air et bonne bouffe.

D’abord concentrée sur deux jours en août, la proposition s’est étendue sur trois jours en juillet à sa dernière édition, et le style indie à l’honneur aux tout débuts s’est élargi à des artistes plus établis. Safia Nolin, Dead Obies, Lisa LeBlanc et Klô Pelgag sont notamment venus faire leur tour.

« On avait des idées de grandeur, reconnaît le fondateur. Chaque édition nous coûtait beaucoup, mais la dernière, qu’on a voulu amener à un autre niveau, nous a vraiment mis dans une situation difficile. »

Il rappelle qu’un festival doit attendre trois années d’existence avant d’avoir accès aux demandes de subventions gouvernementales. « Et ça ne veut pas dire qu’on va automatiquement en recevoir après », souligne-t-il, précisant avoir essuyé un refus lors de sa quatrième édition.

M. Pontbriand soutient qu’avec un achalandage d’à peine 2000 festivaliers par été, il lui était difficile de rivaliser avec les plus gros événements, même au niveau des commanditaires.

En avril 2018, l’organisation de La Grosse lanterne avait annoncé l’annulation de son édition 2018 via la page Facebook de l’événement. « Nous avons décidé de prendre une pause afin de réfléchir à la formule et revenir avec une édition repensée en 2019 », y écrivait-elle.

Cette pause s’étirera toutefois encore, et pourrait bien signer la fin du festival.

« C’est dommage, je suis déçu. Pendant cinq ans, j’ai déployé beaucoup d’efforts et investi pas mal d’argent dans La Grosse lanterne. C’était pratiquement une deuxième job à temps plein pour moi. Je continue de penser que le concept est bon, mais ce sont les sous qui manquent. On a un beau contenant, mais on doit en repenser le contenu. »