La campagne brome-missisquoise s’anime sous la plume de Stéphane Lemardelé.

La campagne selon Stéphane Lemardelé

Stéphane Lemardelé a mis quatre années de recherche, de dessin et d’expérimentation avant de mettre au monde «Le nouveau monde paysan au Québec». Ce roman documentaire graphique, qui paraîtra le 3 avril, met en lumière une cinquantaine de petits producteurs passionnés qui vivent entre St-Armand et Sutton.

Les lecteurs y reconnaîtront peut-être plusieurs visages, car ils existent en chair et en os. Les Amélie, Aurélien, Jean-Martin et Yoana de ce monde, «qui ont les mains dans la terre et qui la connaissent et la respectent», affirme le bédéiste. «Je n’ai absolument pas le pouce vert, mais je suis en admiration devant le travail qu’ils font.»

Pour Stéphane Lemardelé, le mot paysan n’a donc rien de péjoratif. C’est plutôt un compliment. Les «vedettes» de son ouvrage pratiquent une agriculture à échelle humaine, souvent biologique, à mille lieues de la nourriture industrielle, fait-il remarquer. «Ce sont souvent des jeunes, éduqués, qui savent où ils s’en vont et ce qu’ils font. En fait, ils font ce que leurs grands-parents faisaient, mais avec des connaissances plus poussées. Et je voulais les faire connaître.»

Le fil conducteur du récit est tiré d’une journée de récolte d’ail que l’artiste a vécu il y a quelques années chez Christian, un ami producteur. Bien qu’éreintante, l’expérience avait été mémorable, avec 150 personnes présentes, un festin de soirée à la belle étoile et des airs de jazz à la clé.

«J’avais envie de raconter ça et de parler de la vie de ces agriculteurs, avec ses contraintes et ses beautés. Mais aussi montrer le réseau qui existe.»

Le résultat fait 256 pages, mais il aurait facilement pu en faire 300, tellement le sujet était riche, estime Stéphane Lemardelé.

«J’ai choisi de parler d’un microcosme qu’on retrouve dans Brome-Missisquoi. Mais qu’on soit en Asie ou en Normandie, c’est partout semblable. Il y a un retour vers une saine alimentation; c’est universel.»

Publié par la maison d’édition française (eh oui) La boîte à bulles, Le nouveau monde paysan au Québec met en image la campagne d’ici, sous le style et le trait de crayon caractéristique de M. Lemardelé.

«Ce livre se détache de la BD, car il sort des codes habituels. J’y intègre des codes de lecture du cinéma... Et en version numérique, on a voulu que chaque case corresponde à la dimension de l’écran pour faciliter la lecture.»

Prélancement et lancement

Une première soirée de prélancement se tenait vendredi soir à Frelighsburg et une autre est prévue le vendredi 29 mars à la Salle Alec et Gérard Pelletier de Sutton. «Nous serons entre bande dessinée, théâtre et cinéma», dit-il, en précisant que des cases d’extraits du récit seront projetées sur grand écran, pendant que les héros du livre liront leurs propres mots devant public.

Le lancement officiel aura lieu à Montréal le 4 avril.