Résidante de Saint-Paul-d'Abborsford, Carolle Beaudry expose de nombreuses toiles dans le cadre de la tournée nord-américaine du spectacle d'arts équestres Odysseo.

La boucle est bouclée pour Carolle Beaudry

Inspirée par un spectacle de Cavalia au début des années 2000, l'artiste abbotsfordienne Carolle Beaudry a commencé à peindre des chevaux. Aujourd'hui, elle expose de nombreuses toiles dans le cadre de la tournée nord-américaine du spectacle d'arts équestres Odysseo.
Quelques-unes de ses réalisations ont également pris le chemin de la Chine, où est présenté le spectacle original de Cavalia.
« Cavalia a décidé d'augmenter les espaces de diffusion sous le grand chapiteau et la zone VIP. Donc ils se sont mis à chercher des artistes québécois, parce que c'est très important pour eux », explique la peintre reconnue pour ses portraits de chevaux canadiens.
« J'ai soumis des oeuvres, et plusieurs ont été sélectionnées. (...) J'ai un roulement de 4 à 6 toiles. Et je renouvelle chaque fois que je fais une vente. »
Carolle Beaudry reconnaît avoir eu du mal à se défaire d'un portrait de son cheval Sortilège, un hongre canadien. « Il y a des toiles qui sont plus proches de nous. Je l'ai laissée aller avec un pincement au coeur. Mais le vrai cheval, il est toujours dans ma cour ! » précise-t-elle.
Carolle Beaudry a fait du cheval sa spécialité.
Source d'inspiration
Il semble juste de dire que « la boucle est bouclée » pour l'artiste de 46 ans. Au départ, l'oeuvre de Mme Beaudry était centrée sur les animaux de la faune, avant d'évoluer, lors de son entrée dans les galeries d'art, vers des personnages. 
Mais alors qu'elle assistait à une représentation de Cavalia, il y a une douzaine d'années, un véritable déclic s'est produit. « La magie et la force qui se dégagent du spectacle, ça m'a reconnecté avec une passion. Je me suis mis à peindre des chevaux et à en acheter », se remémore la résidente de Saint-Paul-d'Abborsford. 
Aujourd'hui, elle peint surtout à l'huile sur de grands formats - 30 pouces par 40 pouces et plus. 
On pourrait croire que l'art équin est plutôt contraignant en raison de son orientation réaliste. Mme Beaudry tente néanmoins d'ajouter une touche personnelle à son travail. 
« C'est sûr que je suis dans le portrait, donc c'est assez figuratif. Mais j'essaie d'arriver avec des compositions plus modernes, moins classiques. »
Et les résultats sont probants. La résidante de Saint-Paul-d'Abborsford a décroché plusieurs distinctions au fil du temps, en plus d'être publiée dans de grands magazines spécialisés du domaine équestre.
Une étroite relation
En 2016, Carolle Beaudry a lancé un recueil rassemblant une trentaine de portraits de chevaux canadiens. « À ma connaissance, c'est une première. Je suis la seule à avoir peint assez de chevaux canadiens [pour faire un recueil] », avance-t-elle.
« C'est une race qui n'est pas très présente dans le monde. Et celle envers laquelle je suis la plus attachée sur le plan de la passion et de l'investissement personnel. »
Bien qu'elle vive principalement de ses activités artistiques, Mme Beaudry conserve son emploi dans une écurie de Saint-Mathias-sur-Richelieu, « la plus belle au Québec » selon ses dires.
« Ça me permet de rester près des chevaux. De garder une étroite relation avec eux. Ça me sert beaucoup pour mon art. »