Le Granbyen d'origine Jean-Philippe Perras a reçu le Gémeaux du meilleur acteur de soutien dans une série dramatique annuelle pour son rôle de Raphaël dans L'Heure bleue, dimanche, lors de l'Avant-première du gala principal.

«Je capotais bin raide»

Il est un peu passé sous silence, mais Jean-Philippe Perras s'est vu décerner son tout premier Gémeaux en carrière lors de l'Avant-première du gala, dimanche. Il est reparti avec la statuette du meilleur acteur de soutien dans une série dramatique annuelle pour son rôle de Raphaël dans L'Heure bleue.
« Je capotais bin raide. Ma nomination était déjà extrêmement touchante [ndlr : c'était sa toute première en carrière], et le fait de gagner m'a fait énormément chaud au coeur », réagissait mardi au bout du fil le diplômé de la cuvée 2012 de l'École nationale de théâtre. La Voix de l'Est avait tenté de le joindre lundi, mais il était en tournage dans un nouveau rôle. Il se greffera au groupe d'acteurs principaux de Trop dans la saison 2, qui sera mise en ligne en 2018 sur vero.tv d'Ici tou.tv extra. « Je reviens à un casting de gentils », glisse-t-il brièvement.
Pour le Gémeaux du meilleur acteur de soutien, Jean-Philippe Perras était en nomination contre de belles pointures : Vincent Graton­ (Au secours de Béatrice), Daniel Parent (L'Échappée), Alex Vallée (Mémoires vives) et Luc Guérin (Unité 9). La statuette qui trône maintenant dans son salon est donc pour le comédien originaire de Granby une belle tape dans le dos de la part de ses pairs. « Il symbolise que je fais partie de la gang, que j'ai ma place dans l'industrie. »
Celui qu'on a également vu auparavant dans 30 vies et Toi & moi est d'autant plus heureux que Raphaël, son personnage de bum, est aux antipodes de ce qu'il est dans la vraie vie. « C'est vraiment cool parce que très peu de comédiens ont la chance de sortir de leur zone de casting. C'est l'fun que Stéphan Beaudoin (le réalisateur) ait vu que ma face de gentil pouvait aussi jouer les méchants. Le choix a longtemps été contesté par tout le monde - TVA, la production, etc. -, mais finalement, tout le monde est bien content du résultat. »
Pas un méchant
Les téléspectateurs aussi l'aiment bien. En fait, ils aiment le détester, et tous les « j'te hais » qu'on peut lui adresser depuis le début de la saison 1 de L'Heure bleue lui vont droit au coeur. « En même temps, les gens comprennent ce personnage-là et ça me flatte beaucoup. C'est pas un méchant, c'est un tout croche, un gars qui n'est pas bien outillé dans la vie. Et avec Stéphan (Beaudoin), c'est ce qu'on travaille beaucoup : son humanité. Beaucoup de téléspectateurs pensent que c'est son père le méchant ! Cette histoire père-fils est intéressante puisqu'elle vient toucher une corde sensible dont on parle peu : la communication peu évidente entre eux. »
Jean-Philippe Perras, lui, aime son « poqué » d'amour. « J'ai beaucoup d'empathie pour lui. Depuis le début de la saison 1, j'ai appris à l'apprivoiser et je me sens de plus en plus à l'aise avec lui. Mais en même temps, de saison en saison, je dois le retrouver parce qu'il est vraiment loin de moi. »
Mentionnons qu'un autre Granbyen d'origine a mis la main sur un Gémeaux lors de cette Avant-première de gala. Marc Messier­ est reparti avec la statuette du meilleur acteur de soutien dans une comédie pour son rôle dans Boomerang.