«C’est en quelque sorte un parcours de l’ignorance à la connaissance, dans lequel je partage avec le public tout ce que j’ai appris», dit Christine Beaulieu au sujet de sa pièce.

J’aime Hydro: le beau projet de Christine Beaulieu

Lorsqu’elle s’est lancée dans l’aventure J’aime Hydro, il y a environ six ans, Christine Beaulieu était bien loin de se douter de l’ampleur que prendrait le projet.

En tournée depuis deux ans, sa pièce documentaire a été vue par plus de 42 000 spectateurs, est parue sous forme de livre en 2017, puis, tout récemment, on en a annoncé l’intégrale en baladodiffusion. «Je suis étonnée à chaque étape qu’on franchit», admet la comédienne.

Il faut dire que du théâtre à portée sociale peut sembler de prime abord quelque peu rébarbatif pour plusieurs. D’autant plus quand la proposition dure près de quatre heures! Pourtant, il faut croire que le sujet interpelle, et que Christine Beaulieu a trouvé la façon de le présenter. «Je crois que le public a besoin de ce genre de show-là», affirme-t-elle d’ailleurs.

La pièce est divisée en cinq épisodes. On suit la comédienne dans sa longue investigation pour tenter de mieux comprendre Hydro-Québec et la relation qu’entretiennent les Québécois avec ce fleuron national.

«C’est en quelque sorte un parcours de l’ignorance à la connaissance, dans lequel je partage avec le public tout ce que j’ai appris», dit celle dont les recherches en vue de monter ce spectacle ont duré près de trois ans, comptent des dizaines d’entrevues et quelques milliers de kilomètres au compteur pour se rendre jusqu’au chantier de La Romaine.

«Quelque part, c’est proche du stand-up, reprend-elle, puisque je suis seule au micro et que je m’adresse aux gens dans la salle. C’est parfois très drôle, parfois très touchant, et il y a une portion de trame personnelle non négligeable qui vient alléger le spectacle», dit-elle.

Nouvelle mouture

Le vendredi 31 mai prochain, elle s’arrêtera au Palace de Granby pour une dernière représentation de la nouvelle mouture de son spectacle avant une pause estivale bien méritée.

Cette nouvelle mouture, dit-elle, est surtout influencée par la rencontre qu’elle a eue en février dernier avec François Legault — une autre belle surprise sur son parcours, puisque jamais elle n’aurait pensé un jour pouvoir discuter en tête à tête pendant une heure avec le premier ministre.

La grande majorité du spectacle est demeurée intacte, mais des modifications ont été apportées vers la fin, dans le cinquième épisode, en y incorporant un extrait de son entretien.

«Un énorme sentiment d’accomplissement m’habite. J’ai vraiment l’impression d’être allée jusqu’au bout du sujet avec cette rencontre», dit-elle.

Et dire qu’elle avait commencé par dire non au projet...

«Quand on m’a approchée pour ce projet, je n’avais jamais écrit de théâtre, et je ne connaissais vraiment rien sur le sujet. Même en cours de route, j’ai voulu abandonné à quelques reprises tellement je me sentais dépassée par mon sujet», indique-t-elle.

Elle y a toutefois découvert «un énorme potentiel dramaturgique» dans la relation amour-haine que les Québécois entretiennent envers Hydro-Québec. «Comme on a une société d’État qui répond à un besoin vital, on en est très dépendant. Comme elle n’a aucun compétiteur, on n’a en quelque sorte pas le choix d’aimer Hydro-Québec», affirme-t-elle.

Exportation

Christine Beaulieu terminera la tournée de J’aime Hydro en octobre prochain. Après quoi elle ira explorer le marché européen avec son spectacle, en mars 2020. «On va voir là-bas comment le public réagit et si ça vaut la peine de développer une adaptation pour eux.»

Bien qu’Hydro-Québec soit profondément québécoise, les enjeux locaux qu’elle suscite intéressent l’étranger, assure-t-elle. «Tous les pays se sentent aujourd’hui concernés par les questions énergétiques, par leur facture tant économique qu’écologique, cite-t-elle en exemple. L’étatisation versus la privatisation aussi. L’engagement citoyen...»

Une adaptation en anglais est aussi prévue éventuellement.

LA COMÉDIENNE DANS CEREBRUM CET ÉTÉ

Christine Beaulieu est présentement en tournage de la nouvelle série Cerebrum, drame psychologique qui sera présenté sur ICI Tou.tv au courant de l’été 2019.

Écrite par Richard Blaimert, qui en partage également la réalisation des 10 épisodes avec Guy Édoin, la série met en vedette Claude Legault dans la peau d’un éminent psychiatre, dont le quotidien est bousculé lorsque sa conjointe, également psychiatre (Evelyne de la Chenelière), est portée disparue.

Christine Beaulieu incarnera l’enquêteuse au dossier, «un beau défi parce que je n’ai jamais fait de personnage aussi sobre», souligne celle qu’on a en effet souvent vue dans la peau de femmes exubérantes.

«Simone Vallier, c’est une workoholic très tenace qui s’investira à 110% dans son enquête. Elle est assez rigide et ne montre pas beaucoup d’émotions», dit-elle.

À noter qu’on pourra également apercevoir la comédienne dans le prochain film d’André Forcier, La beauté du monde, dont la sortie est prévue pour l’automne.

ENVIE D'Y ALLER ?

Quoi: La pièce J’aime Hydro

Quand : le vendredi 31 mai à 19 h

 : Palace de Granby

Billets : www.ovation.qc.ca