En embarquant dans l’aventure de La Voix Junior, la Granbyenne Sydney Lallier ne croyait jamais, de son propre aveu, se rendre aussi loin.

«J’ai gagné beaucoup en confiance»

Même s’il était dans le secret des Dieux depuis environ un mois, Olivier Chagnon a senti une petite pointe de fierté, dimanche soir, en voyant Sydney Lallier, une de ses élèves, accéder à l’ultime étape de La Voix Junior.

« Dès son premier cours, j’ai su qu’il allait se passer quelque chose de gros avec elle, laisse tomber son professeur de chant. Je suis surpris qu’elle se soit rendue aussi loin dans le concours avec du rap, mais pas surpris en même temps vu son attitude. »

« C’est vraiment une travaillante. Il n’y a pas un cours où elle se présente en n’ayant pas vraiment le goût d’être là. Elle veut vraiment être bonne et est toujours prête à travailler, à faire ce qu’il faut faire pour se surpasser », ajoute-t-il.

Après les Auditions à l’aveugle et les Duels, la jeune protégée de Marie-Mai se défendait dimanche dernier dans les Chants de bataille. Son interprétation de la chanson rap Hopeful, de Cee lo Green, lui a valu son laissez-passer pour les demi-finales, qui seront présentées dimanche prochain. Trois des six demi-finalistes passeront tout de suite après à la grande finale. Ces deux dernières étapes du concours sont présentées en direct.

« Ça fait trois semaines qu’on travaille pour sa finale », laisse savoir Olivier Chagnon, précisant qu’ils travaillent ensemble aussi bien le hip hop que le chant afin d’être parés à toute éventualité.

Olivier Chagnon a senti une petite pointe de fierté, dimanche soir, en voyant Sydney Lallier, une de ses élèves, accéder à l’ultime étape de La Voix Junior.

Confiante

Mais Sydney est confiante que Marie-Mai choisira une valeur sure. « Elle est là pour me mettre en valeur, et ce qui me met en valeur, c’est le rap, donc je ne suis pas vraiment inquiète pour ça », disait-elle lundi soir avant le début de son cours de chant.

Certains pourraient percevoir que son créneau, qui ne plaît pas nécessairement à tous et que plusieurs ne considèrent même pas comme du chant, pourrait lui nuire, mais la jeune fille est plutôt d’avis que ça pourrait jouer en sa faveur à long terme. « Comme ça me distingue, les gens vont se souvenir de moi », dit-elle.

« Un peu comme Louis-Paul (Gauvreau) et son métal (lors de la dernière saison de La Voix) », compare Olivier Chagnon.

En embarquant dans l’aventure, toutefois, elle ne pensait jamais se rendre aussi loin. « Je pensais atteindre les Duels peut-être même les Chants de bataille, mais chaque fois que je franchissais une nouvelle étape, je ne voyais plus la fin de l’aventure. J’ai gagné beaucoup en confiance », dit-elle.

Quoi qu’il arrive dimanche, la jeune rappeuse de 11 ans affirme qu’elle sera très contente et très fière d’elle. « J’ai beaucoup évolué entre ma première performance et maintenant. Et puis, ce n’est pas tout le monde qui peut faire ce que j’ai fait ! »

Contrairement aux étapes précédentes, préenregistrées, les demi-finales et la finale seront télédiffusées en direct. 

De quoi stresser une jeune fille ? « Je suis un peu stressée et excitée en même temps, mais j’ai surtout très hâte », répond-elle.

« Je risque d’être plus nerveux qu’elle ! », lance en riant son professeur de chant, qui sera assurément dans l’assistance des studios Mel’s dimanche pour encourager son élève.