La sixième saison de la ligue d’improvisation de la Coupe Victoria a débuté sur les chapeaux de roues dimanche au parc Miner.

Improvisation: une sixième saison pour la Coupe Victoria

La sixième saison de la ligue d’improvisation de la Coupe Victoria a débuté sur les chapeaux de roues au parc Miner. La popularité de l’impro estivale ne s’estompe pas à Granby comme en témoigne la période d’inscription qui s’est terminée en une trentaine de secondes au début du mois de mai.

« Disons qu’on a trouvé ça impressionnant ! Il y a de la place pour neuf équipes au total, donc ça représente une quarantaine de joueurs », souligne Maude Boily-Brodeur, une joueuse de la première heure rencontrée dimanche par La Voix de l’Est quelques heures avant le début du premier match officiel du calendrier.

L’an dernier, 48 heures avaient été nécessaires pour terminer l’inscription. Il faut dire que la ligue d’impro a toujours été appréciée tant par les joueurs que par les spectateurs depuis sa première saison.

« À la base, nous étions un groupe qui faisait déjà de l’impro durant l’année scolaire, mais tout tombait mort durant l’été, explique Maude Boily-Brodeur. Nous avons débuté sous le chapiteau du parc Victoria sans s’attendre à rien, mais finalement, cela a vraiment été populaire. »

L’année suivante, l’organisation a déposé ses pénates au parc Miner.

« C’est la Ville de Granby qui nous a invités à nous installer ici sous le chapiteau d’événement. On profite de l’achalandage des gens qui sortent des restaurants et qui viennent prendre une crème glacée. Les gens s’arrêtent pour écouter une ou deux impros et ils repartent. »

Certaines soirées peuvent même attirer jusqu’à une soixantaine de personnes, selon Maude Boily-Brodeur.

« Les chaises que nous avons à notre disposition sont toujours prises une demi-heure après le début de la soirée. Les gens emmènent leurs propres chaises. Le public est varié. En début de soirée, il y a des jeunes familles puis des adolescents et des adultes plus tard », observe-t-elle.

Saveur locale

Pour Maude Boily-Brodeur, leur ligue d’improvisation estivale contribue à entretenir la qualité de l’improvisation granbyenne.

« Nous avons un style d’impro à Granby qui nous est propre. On met beaucoup l’emphase sur l’histoire, sur l’interprétation plutôt que sur des punch-lines comme dans un one man show. »

Si les autres ligues d’interprétation locales comme La Buck sont un peu plus compétitives, l’ambiance est davantage détendue à la Coupe Victoria.

« Nous nous entraidons beaucoup. On est capables de souligner les bons coups et de donner des conseils. Au final, c’est une façon de relever le niveau de jeu à Granby, ajoute-t-elle. Les joueurs viennent aussi d’horizons différents. Il y a des jeunes qui continuent l’été, mais aussi des plus vieux qui ont fait de l’impro dans leur jeunesse et qui recommencent. »

Le ligue de la Coupe Victoria a tenu un premier affrontement de présentation le 9 juin dernier, mais les rencontres officielles du classement ont débuté dimanche et se poursuivront jusqu’à la mi-août.

Les programmes hebdomadaires sont doubles ou triples et les places sont gratuites pour les spectateurs. Les organisateurs de la Coupe Victoria conseillent cependant aux intéressés de se rendre sur place une trentaine de minutes avant les matchs.

Le calendrier complet peut être consulté sur la page Facebook de l’organisation.