Le rappeur farnhamien Jonathan Harbec lance son premier album solo, Faces, ce vendredi 25 janvier.

Hip-hop: l’envie d’explorer de Jo Harbec

Après plusieurs années à se produire en groupe, le rappeur farnhamien Jonathan Harbec avait envie d’explorer d’autres horizons. Ce vendredi, il nous présentera le fruit de son travail avec la sortie de son tout premier album solo, Faces.

« Cet album-là me rejoint beaucoup. C’est moi en 14 chansons », dit-il sans détour.

Membre du collectif LDF puis du groupe FuZion, le rappeur baigne dans le style depuis une bonne dizaine d’années. « Fin 2017, j’ai senti que j’avais besoin d’une pause. J’avais besoin de nouvelles inspirations, de vivre de nouvelles affaires. Ça m’a permis de me réinventer », raconte-t-il.

En ressortent un style « moins agressif et dénonciateur » et une facture « beaucoup plus léchée », fait-il valoir. « Je crois que sur les 14 tounes, il n’y en a que deux qui sont plus violentes. »

Même La Tuerie n’est pas si haineuse, malgré son titre assez fracassant. « C’est plus une parodie de certains rappeurs de la nouvelle génération qui salissent à mon avis la culture hip-hop. Ils n’ont aucun contenu, ils veulent juste choquer », explique celui qui se fait appeler Jo Harbec.

Du reste, dit-il, il s’est permis de fouiller différents aspects de sa personnalité. « La joie, la tristesse, la solitude, ma désinvolture... »

Le rappeur de 33 ans s’est également amusé à explorer plusieurs facettes du musicien qu’il est. « Quand tu es en groupe, tu peux moins faire ce qu’il te plaît, aller ailleurs en terme de sonorités. Là, j’ai touché au rap, au chant, au beatmaking, à la composition, à la réalisation... J’ai vraiment tripé. »

C’est pour ces raisons, et parce qu’il souhaitait un titre bilingue, qu’il a intitulé son offrande Faces.

Deux bons coups

Jo Harbec a assurément frappé un bon coup en obtenant une collaboration avec Sans Pression sur Livin’ my Life, mais son premier extrait, Give it Back, auquel s’est joint Jamhaitian, n’est pas en reste, lui qui s’est déjà fait entendre dans plusieurs bars et sur les ondes de plusieurs radios chez nos voisins du Sud. « J’ai rendu ma toune disponible sur un DJ Pool, et j’ai reçu un message m’indiquant qu’elle avait été jouée dans 11 bars et 7 stations de radio américaine, dont la radio de la Penn State University, qui est pas mal top, selon moi », se réjouit le Farnhamien.

Réalisé et produit dans son studio de Farnham, l’album bénéficie d’un bon coup de pouce au niveau de la distribution grâce à la boîte Propagande. Il sera ainsi disponible dans plusieurs magasins de disques et Wal-Mart du Québec. On pourra évidemment aussi se le procurer en ligne.

Deux lancements auront lieu, d’abord à Longueuil, le 25 janvier au Bar Zone 132, puis au Marché public La Station gourmande, le 8 février prochain. Admission libre.