Guillaume Pineault

Guillaume Pineault: l'humour sans détour

Dans sa vie professionnelle, Guillaume Pineault a toujours pratiqué des métiers qui faisaient du bien aux gens. D’abord en ergothérapie, puis en ostéopathie, avant de se lancer dans l’humour. Et c’est là, devant des auditoires de quelques centaines de personnes, qu’il a pris conscience que faire rire lui faisait aussi le plus grand bien.

« J’ai pris beaucoup de détours pour arriver à faire ce qui me passionnait... C’est d’ailleurs pour cette raison que le titre de mon spectacle sera Détour. On l’annoncera officiellement le 5 novembre », laisse entendre le jeune homme après nous avoir résumé son parcours. Ce qu’on en retient, c’est que Guillaume Pineault a écouté ce que son premier patron lui avait déjà dit : « le jour où tu rentreras au travail de reculons, lâche ton job. »

« Le 14 avril 2017 a été ma dernière journée comme ostéopathe. » À partir de ce moment, il a enfin eu le champ libre pour se concentrer sur ce qu’il aimait vraiment. « Il n’y a pas une journée où je regrette d’avoir fait ce chemin. En plus, ça me donne du matériel ! »

Ce matériel, on pourra l’entendre dans ce fameux Détour, son premier spectacle solo qu’il rode depuis déjà plusieurs mois et qu’il présentera à Granby cette semaine. « Ce n’est plus du tout le même spectacle qu’au début. Certains numéros ont été enlevés, d’autres se sont ajoutés, l’ordre a changé. Et j’ai maintenant une introduction à mon goût. Parce qu’il fallait d’abord que je me présente aux gens, que je parle de moi, de ma famille, de notre vie familiale avec mon frère sourd », détaille-t-il, en assurant que son humour est « très accessible ».

Ce que propose Guillaume Pineault, c’est du stand-up à l’état pur. « Je raconte mon parcours scolaire, j’aborde la rupture, le célibat, je jase avec le public... Tout part de moi. J’ai parfois un peu d’aide, mais pour ce show, j’en suis l’auteur à 98 %. »

Auteur ? Plutôt raconteur, précise-t-il. « Un jour, Michel Barrette m’a dit que, comme lui, j’étais un raconteur. Ç’a été comme une illumination pour moi ! »

Il fait pourtant remarquer avoir été un enfant timide. « Je parlais beaucoup en langage des signes à la maison, alors j’étais peu volubile. » Mais les choses ont changé à l’adolescence et Guillaume en a soudainement eu long à dire. « En secondaire 4, mon prof de maths me donnait 15 minutes à la fin de son cours pour faire mon show ! »

Prendre sa place

Pas étonnant qu’il prenne petit à petit la place qui lui revient dans le monde de l’humour. Il est d’ailleurs en lice pour le titre de Découverte de l’année au prochain Gala Les Olivier en décembre. Un honneur « super touchant », mais qui ne l’a pas surpris outre mesure. « Je ne suis pas tombé en bas de ma chaise en apprenant ma nomination, parce qu’on soumet nous-mêmes notre candidature ! Ça me rappelle toutefois que je suis rendu à la bonne place », dit-il candidement.

En marge de sa propre scène, Guillaume Pineault assure la première partie de Patrick Groulx « quand c’est possible ». Il est aussi présent à la radio avec Véro et les Fantastiques sur les ondes de Rouge FM.

« Et je m’en vais en Afrique du Sud dix jours pour tourner deux capsules pour OD Extra ! », lance-t-il, manifestement ravi de l’invitation.

Et parce qu’une bonne nouvelle ne vient jamais seule, l’humoriste fera également partie de Coups de cochon, qui sera présentée à Z en janvier prochain. Guillaume sera l’un des complices de Patrick Groulx — « il est maintenant trop vieux et trop connu pour jouer des tours pendables ! » — dans cette émission de farces et attrapes. Il a déjà complété deux jours de tournage sur 13, dit-il, et il commence à comprendre le principe... « Parfois, les tours se retournent contre nous. On est sans arrêt sur le qui-vive. Je ne truste plus personne ! »