Les artistes Jacques Lajeunesse, Danièle De Blois, Kylie Sandford, Nicole Houde, Sue Galusha et Lynda Bruce proposeront­ Image-Village-Frelighsburg au Centre d’art de Frelighsburg du 13 mai au 10 juin. Absente sur la photo : Isabelle Chartrand.

Frelighsburg vue par les artistes

Cette année, le Centre d’art de Frelighsburg ouvrira sa saison avec une exposition collective destinée « aux locaux ». Pour l’occasion, sept artistes de la région se sont laissé inspirer par le thème qui est devenu son titre : Image-Village-Frelighsburg.

« J’avais envie de faire quelque chose pour l’avancement de l’art dans notre village. La clientèle qui visite le Centre d’art est surtout composée de touristes ou de saisonniers, fait remarquer Jean-François Beaudin, le commissaire à l’exposition. Le but de l’exercice était de rendre plus attrayante l’exposition pour les gens d’ici, qui ne viennent pas souvent nous voir. On voulait organiser quelque chose qui leur parle, qui parle d’eux et de ce qu’ils connaissent. »

Ainsi, il a demandé à Isabelle Chartrand (Dunham), Lynda Bruce (Dunham), Sue Galusha (Frelighsburg), Kylie Sandford (Cowansville), Jacques Lajeunesse (Frelighsburg), Danièle De Blois (Abercorn) et Nicole Houde (Sutton) de présenter chacun quelques œuvres de paysages marquants de la région immédiate du village — l’un des plus beaux du Québec, rappelle-t-il.

Dessins, peintures et photos composent l’exposition aux styles variés, allant du « fauvisme-impressionnisme » de Lynda Bruce au « réalisme poétique et intimiste » de Kylie Sandford, en passant par le figuratif de Danièle De Blois, qui a longtemps travaillé dans le dessin animé pour l’ONF et Cinar, pour ne nommer que ceux-là.

Si plusieurs artistes ont été inspirés par la nature environnante — la rivière aux Brochets, les chutes Hunter, les pommiers du Domaine Pinnacle, etc. —, d’autres se sont plutôt tournés vers des édifices et bâtiments clés. C’est notamment le cas de Sue Galusha, qui a entre autres peint le resto-bar La Cueillette. « J’ai même ressorti une toile de ce même bâtiment que j’avais faite en 1972, alors que c’était encore l’ancienne Quebec House, dit-elle. Ça donne une espèce d’avant-après. »

Des techniques inusitées
En plus de redécouvrir leur village à travers la lentille des différents artistes, les visiteurs pourront également admirer des œuvres créées à partir de médiums parfois inusités.

Jacques Lajeunesse, par exemple, utilise une ancienne technique flamande, la tempera, qui travaille la transparence et l’opacité grâce à la superposition de fines couches de glacis.

Sue Galusha, elle, crée à partir de cire encaustique qu’elle pigmente elle-même, tandis qu’Isabelle Chartrand dessine au fusain noir sur du papier Mylar. « Ça donne des résultats assez impressionnants, surtout pour les deux œuvres qu’elle a faites du cœur du village, de nuit », indique M. Beaudin.

La photographe Nicole Houde a pour sa part décidé d’explorer une autre technique en faisant du collage avec ses clichés. « Une première », glisse-t-elle.

Grâce à une thématique commune, cet ensemble hétéroclite de styles et de médiums « se tient bien », assure le groupe d’artistes rencontré vendredi après-midi. « Le thème apporte une direction, une meilleure cohérence. »

L’exposition Image-Village-Frelighsburg se tiendra du 13 mai au 10 juin au Centre d’art de Frelighsburg. Le vernissage aura lieu le samedi 12 mai, de 14 h à 17 h.