Avant de prendre les rênes d'Orford Musique, François Tétreault avait porté, pendant plus de 18 ans, plusieurs chapeaux au Festival international de la chanson de Granby. Il en avait notamment été le directeur général de 2000 à 2006.

François Tétreault quitte Orford Musique

François Tétreault quittera son poste de directeur général d'Orford Musique en octobre. Il en a fait l'annonce publique jeudi dernier sur sa page Facebook. « J'ai le goût de relever de nouveaux défis. Le premier sera de prendre plus de temps pour moi, par contre », y a-t-il notamment écrit.
J'ai plus de 60 ans, j'ai envie de ralentir la cadence. Je souhaite relever de nouveaux défis, oui, mais moins prenants que celui-là », a-t-il précisé en entrevue avec La Voix de l'Est.
Avant de prendre les rênes d'Orford­ Musique, M. Tétreault avait porté, pendant plus de 18 ans, plusieurs chapeaux au Festival international de la chanson de Granby. Il avait notamment siégé en tant que président au conseil d'administration avant d'en devenir le directeur général. De 2000 à 2006, il a amorcé la grande réforme du Festival poursuivie par Pierre Fortier. C'est lui qui a notamment amené les groupes au concours et qui a éliminé les différentes catégories pour ne nommer qu'un seul grand gagnant.
C'est en 2010 que François Tétreault a accepté la direction de ce qui s'appelait alors le Centre d'arts Orford. Tout comme il l'avait fait auparavant au FICG, l'homme d'affaires a apporté plusieurs changements dans l'organisation de l'organisme durant son mandat. Il a implanté une structure organisationnelle, dit-il, a investi 8,5 millions $ pour rénover la salle de concert et lui permettre d'ouvrir à l'année, tout comme le bistro, et a augmenté les revenus de 33 %. « Grâce à 1 million annuellement en financement privé, on n'a eu aucun déficit depuis mon arrivée », fait-il valoir.
M. Tétreault a aussi fait en sorte qu'Orford Musique soit plus présent dans la communauté. Il a entre autres instauré les concerts estivaux gratuits au parc de la Rivière-aux-cerises, à Magog, en formule 5 à 7 les vendredis soirs et dans le parc municipal à Saint-Étienne-de-Bolton­, les samedis midis.
Le DG a par ailleurs fait l'acquisition, l'an dernier, de 40 pianos - dont 20 à queue -, un investissement de 250 000 $. Avant, les instruments étaient prêtés par Archambault, laisse-t-il savoir.
« Le travail à Orford Musique a été essentiellement le même que celui que j'ai effectué en tant que directeur général au Festival de la chanson, indique-t-il, à la seule différence qu'à Orford, c'en était un à plus grande échelle avec les 70 employés à temps plein. Il y avait aussi un côté hôtellerie que le Festival n'avait pas. »
François Tétreault demeurera en poste jusqu'en octobre, après quoi il laisse la porte grande ouverte aux projets et aux propositions « qui pourraient m'alimenter ». « Je verrai en temps et lieu ce qui va se présenter. J'espère rester dans le milieu culturel, mais peut-être aussi qu'autre chose pourrait m'intéresser. »
Il mentionne que « différents projets sont déjà sur la table », mais qu'il reste « ouvert à d'autres propositions ».
Le Magogois compte également revenir faire son tour au Festival de la chanson, ce qu'il n'a pas fait depuis qu'il est à la tête d'Orford­ Musique, responsabilités­ obligent.