Sara Dufour lancera le Festival, ce vendredi à 15h30

Festival New Country Brome: Sara Dufour ouvrira le bal

Parmi tous les gros noms qui défileront ce week-end à Brome, c’est à la chanteuse Sara Dufour que reviendra l’honneur de donner le coup d’envoi du tout premier Festival New Country.

La jeune femme se réjouit d’être incluse dans la programmation d’un événement de cette envergure. Avec son style «country folk avec des nuances de bluegrass et de rock», Sara Dufour avait tous les atouts pour être conviée à la fête. «Le New Country, c’est hot, c’est nouveau, et il y aura beaucoup de noms connus à Brome. La vague arrive au Québec, mais c’est populaire depuis longtemps», fait-elle remarquer.

Ce n’est pas d’hier, en effet, que l’auteure-compositrice-interprète s’intéresse à la chose. Il y a une dizaine d’années, elle écoutait déjà les Dixie Chicks et les Gretchen Wilson de ce monde en forgeant lentement ses préférences musicales.

Son passage en 2011-2012 à l’École nationale de la chanson de Granby n’est pas étranger à ce qu’elle est devenue. «Ç’a changé ma vie. J’avais une petite voix qui me disait que je voulais chanter, mais je ne connaissais rien du métier. Ça m’a permis de faire beaucoup de recherche sur moi-même», dit-elle.

Et malgré ses goûts très éclectiques — «Il y a tellement à offrir dans le monde, je ne veux me priver de rien!», la tangente country s’est un peu imposée d’elle-même. «C’était des chansons que j’avais envie de jouer et de chanter, alors ça s’est fait naturellement. Mais je ne me limite pas à une chose ou à un style. Je veux juste laisser aller ma tête, ma plume et ma guitare.»

Cette plume et cette guitare lui ont permis de mettre au monde deux albums : le très remarqué Dépanneur Pierrette en 2016, puis Sara Dufour en avril dernier. Son extrait Chez Té Mille a d’ailleurs beaucoup tourné sur les radios commerciales.

Compositions originales

Sa prestation de vendredi après-midi au Festival New Country sera pour elle l’occasion de faire entendre ses compositions originales durant plus d’une heure. À la guitare et à l’harmonica, Sara sera accompagnée de ses trois musiciens.

Profitera-t-elle de sa présence sur le site pour y passer le week-end? «J’ai des amis, comme Matt Lang, qui jouent après moi. Et j’aimerais bien voir Tebey... Je vais peut-être étirer ma journée du 26», glisse celle qui doit partir dès le lendemain vers Québec, puis le Lac-Saint-Jean, sa terre natale, pour offrir des spectacles et profiter un peu de sa famille. Car avec une quarantaine de spectacles estivaux au Québec, en Ontario et au Nouveau-Brunswick, les temps libres sont comptés.

La liste des invités a beau être impressionnante, Sara Dufour se pointe à Brome en toute simplicité et sans attente particulière. «On ne sait jamais ce qui peut arriver, c’est vrai. Mais je ne suis pas là pour me faire des contacts. J’y vais d’abord pour triper avec mes musiciens et aller à la rencontre de mon public.»

Ce public, dit-elle, est étonnamment large, selon les circonstances, allant des personnes âgées aux enfants en bas âge qui se trémoussent au pied de la scène. Or, ce n’est pas une question d’âge, selon elle, mais plutôt de personnalité. «Ce sont des gens qui ont envie de simplicité et qui ont le goût de lâcher leur fou.»

Professionnelle

En remplissant un formulaire d’inscription récemment, Sara Dufour a réalisé qu’elle était désormais considérée comme une musicienne «professionnelle». Elle vit aujourd’hui de sa musique et se réjouit de la courbe qu’a suivie sa carrière depuis sa sortie de l’École nationale de la chanson, il y a sept ans.

Mue par sa ferme intention de faire sa place en permanence dans le paysage québécois, la trentenaire a pris du galon doucement, graduellement. «Il y a eu une progression constante, ce qui fait que j’ai eu le temps d’assimiler chaque étape, chaque facette de l’industrie», termine celle qu’on a notamment pu voir au Festival de la chanson de Granby en 2012 et à La Voix en 2015.

Sara Dufour sera par ailleurs l’artiste invitée du FICG lors de la demi-finale du 17 août au Palace de Granby.

TROIS JOURS DE MUSIQUE

Venus à pied, en voiture, à cheval ou en caravane, les festivaliers auront l’embarras du choix du 26 au 28 juillet. 

Durant trois jours, sur trois scènes différentes, défileront des vedettes du new country québécois, canadien, américain et même australien avec le chanteur Wayne Law. Sur place, on y croisera notamment Matt Lang, Jess Moskaluke, Chase Rice, Paul Brandt et Meghan Patrick.

En plus des spectacles extérieurs, les amateurs pourront fréquenter le Saloon, où seront présentées diverses prestations musicales, et profiter d’une zone alimentaire avec kiosques et camions de rue. 

Il est aussi possible de dormir sur le site. 

Toutes les informations sont disponibles sur le site du Festival New Country Brome.