L’artiste Richard Fulham se spécialise dans la peinture-collage style libre.

Exposition de Richard Fulham: le plaisir est dans les détails

Découvrir les oeuvres de Richard Fulham ne se fait pas à la hâte. Loin de se dévoiler d’une traite, ses tableaux invitent plutôt à la contemplation. Le plaisir est ici dans les détails.

Le peintre collagiste de Saint-Hyacinthe expose présentement une quarantaine de ses oeuvres à la bibliothèque municipale et scolaire de Bromont. Une belle occasion pour les amateurs d’art de la région d’aller à la rencontre de cet autodidacte épris d’expérimentation.

Chaque tableau de Richard Fulham est, de son propre avis, un voyage. Guidé par l’instinct et grâce aux techniques mixtes qu’il emploie, l’artiste propose des toiles combinant peinture, objets récupérés, collage, transfert d’images...

Ce relief et ces détails contribuent grandement à piquer la curiosité. «La troisième dimension intéresse beaucoup les gens. On ne regarde pas mes tableaux d’un coup sec. Parfois, on y découvre même un détail longtemps après», laisse entendre M. Fulham, qui souhaite chaque fois permettre aux gens de plonger dans leur imaginaire.

Selon la responsable de la documentation et de l’animation à la bibliothèque, Véronique Gemme, l’oeuvre de Richard Fulham s’est démarquée par son originalité au moment de l’appel de projets.

«C’est comme un voyage dans l’univers; ça nous amène ailleurs et ça nous fait rêver», résume-t-elle.

Symphonie émotionnelle, l’une des oeuvres de Richard Fulham.

La passion du collage

D’abord céramiste, l’homme a découvert l’univers du collage dans les années 90 en feuilletant un magazine. Une simple publicité de bière faite à partir d’un collage a attiré son regard irrésistiblement. Il n’en fallait pas plus pour lui donner envie d’explorer ce médium.

«J’ai installé un petit atelier dans mon sous-sol. Puis, de loisir de fin de semaine, c’est devenu une passion.»

Au fil des ans, M. Fulham a participé à plusieurs expositions individuelles et collectives dans divers coins du monde. Ses tableaux font également partie de collections privées et publiques.

Mais les occasions d’exposer dans des lieux publics, admet-il, se font plus rares. Le voilà donc ravi de pouvoir le faire dans un lieu accessible comme la bibliothèque de Bromont. Sur place, on peut voir la presque totalité de sa production. Des toiles de petits et moyens formats, surtout, mais aussi des tondos — ces tableaux ronds qu’il crée à partir de vieux CD et vinyles — et quelques objets-tableaux.

Depuis l’an dernier, Richard Fulham se consacre exclusivement à son art et explore davantage, ce qui lui fait dire que son oeuvre est en pleine mutation. Lentement, doucement, la place du collage s’y fait de moins en moins présente. La peinture fluide, elle, s’impose de plus en plus. «Je m’en vais vers l’abstraction totale.»

Envie d'y aller ?

Quand: jusqu'au 9 décembre

Où: salle d'exposition de la bibliothèque municipale et scolaire de Bromont

Horaire: lundi au jeudi de 13h à 19h, vendredi de 13h à 17h, samedi et dimanche de 10h à 14h