Le Cowansvillois Édouard Lagacé a séduit les juges de la Voix avec son interprétation de Hold Back the River.

Édouard Lagacé envoûte les juges

Édouard Lagacé accède à l’étape des « Direct » de l’émission La Voix. Sa performance au « Chant de bataille » a ému les juges qui l’ont unanimement choisi. Il pourra continuer son chemin au sein de l’équipe d’Alex Nevsky.

« Édouard, tu me fascines », s’est exclamé son coach Alex Nevsky, tout juste après sa performance.

Pourtant, la partie n’était pas gagnée d’avance pour le jeune homme de Cowansville.

Les supporters du chanteur ont ressenti un petit stress alors qu’on apprenait en début d’émission qu’il n’avait pas été choisi parmi les cinq premiers concurrents accédant directement à l’étape des « Direct ».

Il allait donc devoir se battre contre ses coéquipières VanWho et Chadia Kikondjo pour poursuivre sa route à La Voix.

Hold Back the River
C’est la pièce Hold Back the River de l’artiste anglais James Bay que le jeune homme de 23 ans a interprété accompagné de l’orchestre de La Voix, ce qui représentait un défi supplémentaire pour lui, selon les dires de son coach Alex Nevsky.

« Édouard m’a envoûté, j’avais juste le goût de me lever pis de danser », s’est exclamée la coach Lara Fabian.

Et elle n’était pas la seule, le candidat ayant rapidement réussi à faire lever tous les coachs devant lui.

Puis l’assistance s’est joint à eux, ce qui a semblé lui donner des ailes. « Il a l’attitude pis la voix du gars le plus populaire de l’école », a renchéri Nevsky quelques instants après sa performance électrisante.

Pour Garou, c’est plutôt le « mystère qui demeure à percer » en Édouard qui l’a séduit.

Il remarque que le jeune homme est capable de « toujours arriver avec un nouveau timbre de voix » et qu’il a dû, comme ses coéquipières, interpréter des chansons difficiles.

« La performance la plus solide de ce soir, c’était Édouard », a quant à lui jugé Éric Lapointe.

Une fois le verdict tombé, le reste de l’équipe Nevsky est revenue sur scène pour interpréter en chœur le refrain de la pièce Artistes, de Claude Dubois, parue en 1977.

Après cette ronde d’éliminations, il ne reste plus que six concurrents par équipe.