La chanteuse Dominique Fils-Aimé invite le public dans sa bulle ce samedi à Lac-Brome.

Dominique Fils-Aimé: douce et intense soul woman

Les mots « douceur » et « émotion » se frayent souvent un chemin dans le discours de Dominique Fils-Aimé. Elle a trouvé dans la chanson un réconfort qu’elle offre à son tour à qui veut l’entendre. Et ils sont de plus en plus nombreux à prêter l’oreille à sa voix riche et puissante.

Avec son dernier album, intitulé Stay Tuned !, sorti en février, la Montréalaise a confirmé ce que plusieurs savaient déjà : on a ici affaire à une artiste originale et étonnamment mûre, qui aime faire les choses à sa façon. À commencer par sa musique qui navigue entre le blues, le soul, le jazz et le gospel. À commencer aussi par ses textes qui sont tout sauf superficiels. Il y est question d’Histoire avec un grand H, de quête de liberté, de droits civiques, d’esclavage, de racines afro-américaines... Tout cela chanté avec ce petit supplément d’âme qui a permis à Stay Tuned ! de se hisser au sommet de la courte liste du Prix canadien Polaris cette année.

Le même opus lui a d’ailleurs mérité le Félix de l’album jazz 2019 à l’ADISQ le mois dernier. Plus tôt cette année, Dominique Fils-Aimé avait également été proclamée Révélation Radio-Canada en jazz. Bref, les choses vont bien pour celle que de nombreux Québécois ont d’abord découverte à La Voix 2015.

« Je me considère très chanceuse parce que les gens connectent vraiment avec l’émotion que je véhicule et ma volonté de créer un espace où tout le monde est bien. Il y a du dynamisme dans Stay Tuned !, mais aussi de la douceur, toujours. La musique peut guérir un peu les gens, je crois. Ça fait plaisir de sentir que ça vient les toucher, que ça laisse une trace plutôt qu’un simple moment musical. Jusqu’à maintenant, les gens sont très ouverts à se montrer vulnérables en écoutant l’album et dans mes spectacles. C’est l’un des plus beaux cadeaux qu’une audience peut faire. »

« Parce que c’est toujours mon intention première en musique de mettre un baume sur les moments douloureux », ajoute la chanteuse.

Tranquille révolution

Étonnant, donc, que Dominique Fils-Aimé parle de révolution quand elle décrit Stay Tuned ! « Ce n’est pas une révolution avec de la violence. Pour moi, refaire les mêmes choses qu’avant, c’est une répétition, pas une révolution. Une vraie révolution implique des changements profonds qui viennent de l’inconscient des gens, de leur envie de s’unir et de faire du bien. Le jazz, pour moi, c’était ça : une manière paisible de changer l’état d’esprit des gens à travers la création, puis dans le mouvement civil. »

Bercée par le blues et le jazz, la trentenaire avait déjà acquis une connaissance inconsciente de cette tranche historique, mais elle s’y est penchée plus à fond en se mettant à la conception de l’album Nameless (2018), qui a précédé Stay Tuned ! Les deux font partie de ce qui deviendra éventuellement une trilogie.

Détail intéressant, elle écrit toutes ses chansons, puis les compose avec sa voix. « Les musiciens reprennent ensuite les lignes mélodiques avec leurs instruments. Ce n’est pas conventionnel, mais c’est la stratégie qu’on a trouvée. J’ai la chance d’être entourée de musiciens très flexibles qui comprennent qu’on peut communiquer sans avoir la même formation. Et on apprend les uns des autres. »

De façon naturelle, ses textes naissent toujours dans la langue de Shakespeare. « Oui, tout est en anglais — à 99,9 %, je dirais —, car c’est la langue qui m’a éduquée musicalement en grandissant. Et puis, l’anglais rejoint mieux le sujet de mes chansons. Je voulais que ça ait une portée plus large, que ce soit universel », laisse entendre l’artiste, en confiant que l’écriture en français pourrait lui servir davantage lorsqu’elle abordera des pans plus personnels de sa vie.

Sur scène

Ceux qui iront à la rencontre de l’auteure-compositrice-interprète, samedi, devront s’attendre à vivre un moment de douce intensité, au milieu de cette fameuse bulle à laquelle elle fait souvent allusion. Pour s’y plonger avec le public, et se sentir parfaitement bien, elle a inventé un concept un peu semblable à celui d’une pièce de théâtre. Comme un enchaînement de scènes, ses chansons se succèdent sans interruption « comme un petit voyage où tout est lié », dit-elle.

Dans l’espoir d’atteindre cette connexion tant espérée, de réduire toute distance possible entre elle et le public, sans interrompre la magie de l’instant, elle demande à son public de garder ses applaudissements pour la fin. Un gentil « caprice » qui lui permet de maintenir l’émotion bien vivante, du début à la fin.

Et outre sa prestation dans la région, Dominique Fils-Aimé prendra le large ce mois-ci. New York est sur son itinéraire, mais aussi Paris. Celle qui a foulé le Canada, les États-Unis et quelques pays d’Asie voit dans ce premier séjour en Europe «la continuation de notre petit chemin». «C’est une nouvelle étape, le prochain pas. On ira où les gens veulent de nous !»

Envie d’y aller ?

Quand : samedi 9 novembre à 20 h

Où : Théâtre Lac-Brome

Billets : www.theatrelacbrome.ca