L'artiste Bernice Sorge est fascinée par l'histoire des faux-monnayeurs à Dunham au 19e siècle. Cela lui a inspiré le projet Dollars Dunham, qui sera dévoilé le 15 juillet prochain.

Dollars Dunham: des faux-monnayeurs inspirants!

Dans le rang où se dresse l'atelier de l'artiste Bernice- Sorge à Dunham, l'histoire veut que des faux-monnayeurs y aient fait la pluie et le beau temps au 19e siècle.
À l'époque, le chemin Hudon s'appelait Cogniac Street et était une plaque tournante de la contrefaçon d'argent en Amérique du Nord, raconte Mme Sorge. D'ailleurs, dans les cimetières du chemin Hudon reposeraient toujours les pierres tombales de certains de ces contrefacteurs.
Pour cette artiste de renommée internationale spécialisée dans l'estampe, ce pan fascinant de l'histoire de Dunham devenait doublement intéressant. Assez pour qu'elle imagine le projet Dollars­ Dunham, qui arrive à point nommé pour le 150e anniversaire­ de la municipalité. 
« En découvrant cette histoire, je me suis "My God ! J'ai ici une presse à plaque de cuivre comme ils en avaient à l'époque !" J'ai commencé à faire des recherches et j'ai vraiment eu envie de faire un projet en lien avec ce passé », raconte la graveuse professionnelle.
Dans son église datant de 1894, qu'elle a transformée en atelier, elle a donc créé six estampes sous forme de faux billets de banque à l'effigie d'autant de personnages qui ont marqué l'histoire de la municipalité. Des grands hommes - Sir Thomas Dunn, Lynnwood Farnam, Chef Joseph Brant et Ephraim Knight -, mais aussi des femmes ayant joué un rôle de premier plan à Dunham. « Je trouvais important d'avoir des femmes. Au début, j'en avais cinq, mais c'était difficile de trouver des photos. J'en ai finalement deux  : Winifred Wade, une figure marquante de l'école pour filles St. Helen, et la fondatrice de l'Institut des femmes, Elizabeth Ann Beach. »
Soutenue par la municipalité, Mme Sorge a élaboré Dollars Dunham­ à partir de ces estampes, d'abord pour attirer les gens dans son atelier, mais encore plus. « Tous les touristes se concentrent dans la rue Principale de Dunham­. Je voulais ajouter un autre volet touristique, les inviter sur le chemin Hudon. J'ai l'impression d'avoir fait naître quelque chose avec ce projet. Ça a réveillé un inconscient collectif dont on parle peu à Dunham. Depuis, tout le monde a sa petite histoire au sujet des faux-monnayeurs ! »
Achat local
À la fois historique et culturel, le projet sera aussi économique, en encourageant l'achat local. Comment ? À travers un livret qui sera mis en circulation tout l'été et contiendra des bons de réduction échangeables chez 22 commerçants de la municipalité : boulangerie, restaurants, vignobles... Ces bons-rabais - des copies des faux dollars de Mme Sorge - offriront des réductions­ sur divers produits. 
Le livret promotionnel et les dessins originaux de Bernice Sorge seront officiellement dévoilés le samedi 15 juillet à la Brasserie Dunham de 17 h à 19 h. Sur place, les visiteurs pourront aussi voir des outils de faux-monnayeurs généralement exposés au Musée Missisquoi, et en apprendre un peu plus sur cette saga. 
Chose certaine, Mme Sorge n'a pas fini d'explorer ce thème. 
« Je n'ai jamais aimé l'Histoire, mais maintenant, je trouve ça très excitant ! Je ne peux plus arrêter ! lance-t-elle. Je vais m'inspirer de cette histoire pour faire d'autres estampes et dessins. »
L'idée de créer un circuit touristique des faux-monnayeurs avec des haltes à son atelier, au Musée Missisquoi et dans les cimetières du chemin Hudon pourrait même voir le jour éventuellement...
En attendant, la Dunhamienne se fait un plaisir de recevoir les amateurs d'art dans son atelier du 1626, chemin Hudon. Suffit de consulter le site www.studiosorge­.ca pour connaître les heures d'accueil.