«L’isolation et la fenestration du Vieux Moulin ne sont pas adéquats donc l’endroit est très énergivore», indique Richard Blackburn.

D’importants travaux s’imposent au Théâtre de la Dame de cœur

Le site qui accueille le Théâtre de la Dame de cœur a besoin d’une importante mise à niveau, a laissé savoir à La Voix de l’Est Richard Blackburn, jeudi. Plusieurs problèmes font en sorte qu’il ne répond plus aux normes gouvernementales.

« Ça nous prend plus de toilettes et on doit régler des problèmes au niveau du pompage et de la pression, nos équipements de son et d’éclairage ont besoin d’être mis à jour, la toiture date de 1995 et on ne sait pas quand elle va couler, l’isolation et la fenestration du Vieux Moulin ne sont pas adéquats donc l’endroit est très énergivore, on a certains problèmes au niveau de la sécurité dans les ateliers de production. Bref, on perd beaucoup d’argent à juste réparer et remplacer certains éléments pour qu’ils soient fonctionnels », indique le directeur général et artistique de la Dame de Cœur en dressant cette liste non exhaustive. L’ensemble des travaux envisagés est estimé à cinq millions de dollars.

La direction est au courant de ces problèmes depuis six ans. Si elle a mis tant de temps à bouger, c’est qu’elle « n’était pas rendue là », en plus de devoir composer avec différentes questions légales, logistiques et administratives.

Un plan comportant plusieurs phases n’est pas exclu, mais M. Blackburn dit souhaiter que les travaux soient entamés d’ici deux ans et terminés d’ici 2021, « au plus tard 2022 ». « Avant que l’équipe de la relève entre en poste », glisse-t-il.

Changement de direction

La toiture de la salle de spectacles extérieurs date de 1995. «On ne sait pas quand elle va couler», dit le directeur général et artistique de la Dame de coeur, Richard Blackburn.

C’est que de gros changements se préparent à la tête de la Dame de cœur. Les deux cofondateurs principaux, le directeur de production René Charbonneau et M. Blackburn, envisagent de prendre leur retraite dans quatre ans. « En 2021, j’aurai 70 ans », mentionne Richard Blackburn. « En fait, je tomberai mentor et travaillerai seulement une ou deux journées par semaine », précise-t-il.

On sait déjà qui le remplacera à la direction générale et artistique : ce sont Carl Veilleux et Élise Lessard-Mercier, deux employés qui travaillent depuis plusieurs années à la création des spectacles. « On ne veut pas qu’ils aient à se soucier des rénovations », répète M. Blackburn.

Pour ce faire, les deux hommes ont besoin d’argent. Ils sont à préparer le « diagnostic officiel » du site à l’aide d’architectes, d’ingénieurs et de techniciens afin de déposer leur dossier complet aux différents ministères qui pourraient leur octroyer des subventions.

Ils rappellent également qu’en vertu de nouvelles mesures fiscales, toute personne qui fera un premier don en culture d’au moins 5000 $ au plus tard le 1er janvier 2018 pourra recevoir jusqu’à 73 % en crédit d’impôt.

« En plus, le gouvernement va apparier le montant du don, donc c’est dire que le 5000 $ que quelqu’un va débourser lui coûtera en fait juste 1350 $, et nous, ça va nous faire 10 000 $ », calcule M. Blackburn. Ce programme ne s’adresse toutefois pas aux entreprises, prend-il la peine de spécifier.

Toute personne intéressée à faire un don peut obtenir plus d’information sur le www.cqff.com/liens/dons_culture_qc.pdf ou auprès du Théâtre de la Dame de cœur (450-549-6703).