Pablo Picasso est un deuxième album plus mature pour Don Vi.

Deuxième album de Don Vi: aussi rappeur qu'entrepreneur

Le rappeur Don Vi, originaire de Cowansville, n’a pas vu le temps passé depuis le lancement de son premier album Phénix à l’automne 2016. Deux projets musicaux, trois tournées et deux ans et demi plus tard, il lance Pablo Picasso. Un album plus mature et plus poli contenant 11 pièces.

Don Vi, de son vrai nom Maxime Duval, a raison d’être fier de son succès. S’il demeure dans le réseau underground des rappeurs québécois, il est parmi les plus occupés à son niveau.

« Du moment que t’es occupé, tu peux dire que t’es dans la cour des grands et dans les dernières années ça n’a jamais vraiment ralenti », témoigne-t-il.

Don Vi a pris quelques minutes samedi après-midi pour discuter avec La Voix de l’Est. Le rappeur était sur le chemin du retour après un spectacle à Carleton-sur-Mer, en Gaspésie. Il s’agissait du premier spectacle de la tournée de promotion de son nouvel album sorti vendredi dernier. Don Vi fera sa première montréalaise jeudi prochain au G & G Barber shop et s’arrêtera à la microbrasserie Le Grimoire à Granby le 7 juin prochain. Cette tournée l’amènera également à Calgary et Edmonton dans l’Ouest canadien.

Pablo Picasso

« Pablo Picasso, c’est un album beaucoup plus mature que Phénix. J’ai fait beaucoup de chemin depuis 2016, j’ai plus d’expérience en studio et ça m’a permis d’aller plus loin », explique-t-il.

Le titre de l’album fait référence à Pablo Escobar et à l’artiste-peintre Picasso, deux références dans leur domaine respectif.

« Pablo ça donne un côté gangster, mais c’est aussi le prénom de Picasso, Pablo Ruiz Picasso. En fait je me suis laissé inspirer par l’art abstrait dans la création. Comme pour l’art abstrait, moi je sais ce que je veux dire, mais la personne qui écoute peut comprendre complètement quelque chose d’autre et c’est bien ainsi. »

Don Vi s’est entouré pour son album des rappeurs Chuck Hendrix, David Campana, Lappa, Dolo, Shaman, Cyrus, Koopsala, Loussa, Gingerbread Man et Peace l’accompagnent sur Je fais, Carré d’as, Grindin’ et Dans ma cuisine.

Entrepreneur

Don Vi ne s’en cache pas, son succès représente énormément de travail.

« Je fais toujours ce que j’ai à faire/On se démène 24/7 pour toucher le ciel/Je veux la paye, chaque jour je fais des billets », rappe-t-il dans Je fais, la seconde piste du dernier album.

Il le dit et le répète, il est tout aussi artiste qu’entrepreneur. Une référence à Entrepreneur records, le label qui le seconde dans ses projets, mais surtout à sa façon d’aborder le show-business.

« Je suis responsable à 100 % de ce qui m’arrive, rappelle Maxime Duval. Je crée mon mode de vie, je le fais de toute pièce. Le spectacle à Carleton, c’est moi qui l’ai organisé. C’est beaucoup d’efforts et j’ai un emploi en parallèle, mais ça vaut la peine. »

Ce dernier rassure ses fans qui n’auront pas à attendre aussi longtemps pour entendre un troisième album. « J’ai déjà des pièces de prêtes, ça pourrait sortir début 2020 ou comme une surprise à la fin de l’année. »