Lucy Blanchette a remporté le prix du public, dimanche, en conclusion du symposium.

Des stratégies gagnantes aux Couleurs urbaines

Le vingtième anniversaire de Couleurs urbaines a été couronné de succès. L'étalement des artistes sur deux sites et la location d'une exposition ont été appréciés autant par le public que par les artistes.
« Samedi, avec le climat du marché public, le lancement des animaux de Granby est zoo, les jeux pour enfants, le piano de la place Johnson qui était animé, c'est comme si l'animation était tout au long de la rue Principale », remarque Sara Marcil-Moreau, coordonnatrice à la vie culturelle chez Vie culturelle et communautaire­ (VCC). 
Comme l'église Notre-Dame est en chantier, une partie des artistes avait été installée sur le terrain de l'église St-George. Avec le beau temps, plusieurs sont sortis pour marcher au centre-ville et visiter, du coup, les artistes venus de partout. 
« C'était un beau défi [de diviser le site], indique Mme Marcil-Moreau. Les artistes avaient quand même un peu peur. Ceux qui étaient en haut [à l'église St-George] craignaient que les habitués aillent juste sur le site de l'église Notre-Dame, donc on a mis plusieurs choses en place pour envoyer les visiteurs en haut et autant les visiteurs que les artistes sont contents. Même s'il n'y a pas de travaux l'an prochain, on réfléchit à quand même tenir le symposium­ sur deux sites. »
Le lien cyclable qui culmine à l'église St-George a par ailleurs amené son lot de visiteurs impromptus désirant se déplacer autrement qu'en voiture durant le week-end des Voitures anciennes de Granby international.
La stratégie de louer une exposition plutôt que d'avoir un porte-parole a porté ses fruits. Boréart accueillait l'exposition Entre la soie et l'encre de feu Jacques Hurtubise. « Le concept de porte-parole fonctionnait plutôt bien, mais pour le vingtième, on a voulu se renouveler. Avec l'expo de Jacques Hurtubise, on est vraiment contents. Les gens viennent, sont curieux. En enregistrant les votes du public, on comptabilise ce qui les a attirés et beaucoup sont venus pour voir l'expo. »
Parlant de vote du public, c'est la sculptrice Lucy Blanchette, originaire de Dolbeau-Mistassini, qui a récolté le plus de votes. Il faut toutefois préciser que la lutte était serrée entre trois artistes aux styles diamétralement opposés. L'un des deux peintres y allait dans le moderne et le dernier, dans le réalisme.
« J'étais très heureuse, a commenté en entrevue Mme Blanchette. Ce n'est pas la première fois que je gagne le prix du public dans un symposium, mais je suis toujours contente parce que c'est une belle récompense de savoir que nos oeuvres plaisent au public. »
Ses oeuvres, principalement du bas-relief, sont composées d'aluminium recyclé, un médium qu'elle a découvert il y a 25 ans. Sa spécialité est la reproduction d'églises. Avec le prix du public, l'artiste a reçu un billet d'invitation pour Couleurs urbaines 2018. Elle se promet de reproduire l'église Notre-Dame pour l'occasion. Elle participait pour la première fois à Couleurs urbaines.
Hélène Lafontaine a pour sa part obtenu le prix du comité, samedi.