Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
«La biblio-mobile est un projet porteur. Étant donné qu’on a seulement un point de service, ça va nous permettre d’aller dans des secteurs où la population vient moins à la bibliothèque», souligne le directeur du service des loisirs, de la culture et du développement social, Patrice Faucher.
«La biblio-mobile est un projet porteur. Étant donné qu’on a seulement un point de service, ça va nous permettre d’aller dans des secteurs où la population vient moins à la bibliothèque», souligne le directeur du service des loisirs, de la culture et du développement social, Patrice Faucher.

Des projets pour amener la bibliothèque Paul-O-Trépanier jusqu’aux citoyens

Marie-France Létourneau
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
Dans un avenir pas si lointain, la bibliothèque Paul-O-Trépanier ira à la rencontre des citoyens, où ils se trouvent. La Ville de Granby planche sur deux projets, dont celui d’une biblio-mobile, qui permettront de rejoindre des gens qui ont moins l’habitude de fréquenter le bâtiment municipal de la rue Dufferin.

«Ce sont des projets qu’on a vus dans d’autres endroits. On ne réinvente pas la roue. Mais, la biblio-mobile, c’est un projet qui est porteur. Étant donné qu’on a seulement un point de service, ça va nous permettre d’aller dans des secteurs où la population vient moins à la bibliothèque», souligne le directeur du service des loisirs, de la culture et du développement social, Patrice Faucher. 

«Ça va aussi nous permettre d’aller au devant de clientèles qui sont moins mobiles, comme les résidences pour personnes âgées», ajoute-t-il. 

Son nom l’indique bien, la biblio-mobile se matérialisera sous la forme d’un petit camion dans lequel des rayonnages permettront le transport de livres. La ville de Châteauguay, par exemple, a son bibliobus. À Granby, l’achat d’un véhicule et son aménagement seront nécessaires pour ce projet, souligne Patrice Faucher. 

La Ville de Granby planche sur deux projets, dont celui d’une biblio-mobile, qui permettront de rejoindre des gens qui ont moins l’habitude de fréquenter le bâtiment municipal de la rue Dufferin.

Afin d’être cohérente avec son Plan Environnement, la Ville aimerait faire l’acquisition d’un véhicule électrique. Le modèle ciblé, qui a des allures de camion cube, ne serait toutefois disponible qu’en 2022. 

«Il y a peut-être des interventions qui pourront commencer avant d’avoir le véhicule. Si on veut intervenir dans des résidences [pour personnes âgées], on pourrait peut-être le faire avec des boîtes de livres qu’on trimballera d’une autre façon. Le véhicule sera l’emblème ou l’élément fort du projet. Mais cela n’empêche pas que le projet pourrait prendre vie avant», estime Patrice Faucher, tout en soulignant que les conditions sanitaires dicteront toutefois la façon dont tout cela pourra s’articuler.

Selon les grandes lignes du projet, la biblio-mobile permettra l’emprunt et le retour de livres. Elle pourrait aussi organiser des activités, lors d’animations ou événements spéciaux. Les parcs ciblés pour la visite de la biblio-mobile pourraient par ailleurs être exclusivement ceux situés dans des secteurs plus éloignés ou défavorisés, est-il relevé dans le sommaire décisionnel remis aux élus, dont les médias ont obtenu copie. 

Les coûts du projet sont estimés à 140 000 $, incluant l’achat du véhicule et de matériel. Mais ils seraient partagés à part égale entre la Ville et le ministère de la Culture et des Communications du Québec (MCCQ).

Une entente de principe a déjà été conclue avec le MCCQ, souligne Patrice Faucher. Le conseil municipal a pour sa part confirmé l’engagement financier de la Ville à la fin de l’année 2020.   «Ça va permettre à la bibliothèque de rayonner beaucoup plus», lance le directeur du service des loisirs, de la culture et du développement social. 

Du sport à la culture

C’est aussi dans cet esprit de faire «sortir la bibliothèque de ses murs» qu’une formule d’animation culturelle sera développée, possiblement à l’automne 2021, au nouveau centre aquatique Desjardins de Granby, situé rue Léon-Harmel. 

«C’est un secteur un peu plus loin de la bibliothèque et dense en matière de population. Un centre aquatique est habituellement une installation très achalandée. On pourrait faire d’une pierre deux coups. Pendant qu’une personne est dans l’eau, peut-être qu’un autre membre de la famille pourrait participer à des activités d’animation culturelle», avance Patrice Faucher. 

Selon lui, le centre aquatique est au coeur de ce qui est qualifié de «quartier des sports», notamment avec la proximité du centre sportif Léonard-Grondin, ainsi que des terrains de soccer du parc Jean-Yves-Phaneuf. «Notre offre culturelle dans le secteur est un peu mince. Ça va nous permettre d’avoir une offre de service plus complète», dit-il. 

Estimés à 30 000 $, les coûts de ce projet seront aussi assumés conjointement par la Ville et le MCCQ. «En allant vers les gens, je pense que ça va compléter la mission de la bibliothèque», relève Patrice Faucher.