Jean-Olivier Grégoire Fillion, le nouveau coordonnateur à la vie communautaire de VCC, en conférence de presse à Boréart mardi matin.

Des figures marquantes revivront dans un circuit théâtral à Granby

Horace Boivin, Joseph-Hermas Leclerc, Palmer Cox et bien d'autres figures marquantes de l'histoire de Granby revivront au Centre culturel France Arbour lors des Journées de la culture.
Palmer Cox, l'homme derrière les Brownies, sera l'un des huit personnages qui reprendront vie sous les traits de comédiens professionnels de la région.
Intitulée Granby, une page d'histoire, cette initiative de Vie culturelle et communautaire (VCC) « n'est pas une pièce de théâtre », a tenu à préciser Jean-Olivier Grégoire­ Fillion, le nouveau coordonnateur à la vie communautaire de VCC, en conférence de presse à Boréart mardi matin.
Il s'agit plutôt d'un circuit théâtral comportant sept stations dans divers lieux de l'ancienne Ruche, comme la cuisine, la salle de conférence ou même la chaufferie. À chacun des arrêts, un personnage (ou deux, dans un cas) y racontera un pan d'histoire. « Par exemple, le maire Joseph-Hermas Leclerc, un industriel qui possédait une laiterie, nous parlera de l'industrialisation dans la chaufferie, un environnement plein de tuyaux et un peu sombre », illustre M. Grégoire­ Fillion.
Paul Brunelle, Adrienne Beaudry­ Dumas, Horace Boivin, Palmer Cox, Pierrette Robichaud Lafleur, le curé Marcel Gill et Stephen Henderson Campbell Miner sont les autres personnages qui reprendront vie sous les traits de comédiens professionnels de la région, tels Maxim de Munk, Mélissa Dion Des Landes, Samuel Côté, Benjamin­ Déziel et compagnie.
Patrick Golau s'est chargé de l'écriture à partir des recherches de la Société d'histoire de la Haute-Yamaska. « On voulait vraiment livrer les informations les plus exactes possible, indique le coordonnateur à la vie communautaire. On ne fera pas de caricatures ni de parodies des personnages. On va les faire revivre de la façon la plus authentique. »
Les départs pour le circuit théâtral seront proposés en groupe d'environ 20 personnes toutes les 15 minutes, de 19 h à 22 h, les 29 et 30 septembre. La visite durera environ 1 h 30. « Des religieuses de La Mélodie du bonheur serviront de guides, rappelant en même temps l'ancienne vocation du Centre culturel France Arbour [ndlr : une école gérée par des soeurs] », a laissé savoir Jean-Olivier­ Grégoire Fillion.
Pour s'assurer d'avoir une place sur un des départs, il est fortement recommandé de la réserver sur le site Internet de VCC. L'activité­ est gratuite.
En attendant l'heure de leur départ, les visiteurs pourront fouiner dans une salle d'archives aménagée dans l'un des locaux, en collaboration avec La Voix de l'Est.
Un événement d'envergure
Granby, une page d'histoire est la première activité proposée par VCC dans le cadre des Journées de la culture. « On se faisait dire par le CA qu'on coordonnait super bien les activités des Journées de la culture, mais qu'on était créateurs de rien, rapporte Jean-Olivier­ Grégoire­ Fillion. Alors on s'est dit que cette année, on allait faire vivre une expérience différente en habitant le Centre culturel France Arbour - quand même un lieu que les gens ne connaissent pas tant que ça. »
Le circuit théâtral d'envergure n'aurait toutefois pas été rendu possible sans une importante subvention de Fondations Communautaires du Canada. Sur les presque 16 000 $ qu'a coûté le projet, 11 300 $ proviennent ainsi de cette subvention, soit les deux tiers environ. « C'est vraiment un événement unique. Il y a de fortes chances qu'on n'ait plus jamais l'argent pour refaire quelque chose d'une telle envergure », mentionne M. Grégoire Fillion, qui espère accueillir en tout et pour tout 600 personnes pendant les deux jours.
Mentionnons par ailleurs que la programmation complète des Journées de la culture a été dévoilée mardi matin. Elle peut être consultée sur la page Facebook vccgranby.