Josiane Noiseux est la présidente d’Expérience Embargo et de Soif de musique.

Cowansville a soif de musique

Les amateurs de musique auront un nouveau rendez-vous à ajouter à leur agenda en 2019. Le festival Soif de musique par Expérience Embargo s’amène à Cowansville en juillet avec trois journées tout en musique.

Expérience Embargo a vu le jour il y a trois ans avec une tournée culturelle et viticole, mais l’organisme avait déjà dans ses cartons un projet événementiel visant un public.

« On veut y aller avec une programmation plus grand public avec des artistes que les gens connaissent, confirme Josiane Noiseux, présidente d’Expérience Embargo et de Soif de musique. On va chercher du pop, en passant par du pop-rock et du folk. On veut une programmation diversifiée. [...] On aimerait avoir au moins trois spectacles par jour, une programmation qui va se déployer principalement en soirée. »

Impossible pour le moment de connaître les têtes d’affiche puisque l’organisation attendait d’avoir le financement de la Ville et de Desjardins avant de signer les contrats avec les artistes approchés. Le conseil municipal a récemment accepté de financer le festival à hauteur de 120 000 $, ce qui couvre la phase de démarrage en 2018 (10 000 $) ainsi que les moutures 2019 (35 000 $), 2020 (35 000 $) et 2021 (40 000 $). Ce dernier montant dépend toutefois des disponibilités budgétaires à ce moment et de l’évaluation des deux éditions précédentes.

Cet appui ne fait toutefois pas l’unanimité. La conseillère Lucille Robert s’y est opposée en raison de la dette de la Ville, de la présence du diffuseur Scène D’Avignon et de sa volonté que le budget alloué à l’environnement soit augmenté, a-t-elle expliqué par courriel.

Cowansville a déjà un festival de musique western, qui a pris une pause cette année, mais se trouve sans festival de musique grand public depuis la fin de Musique en vue après 23 ans. L’édition de 2015 a été annulée et a été remplacée par de vaines tentatives de tenir un événement musical extérieur.

« On travaille très fort pour aller chercher les sous et les ressources nécessaires, assure Mme Noiseux. Notre but est d’avoir des gens qui vont travailler sur le projet à temps plein durant plusieurs mois. » Elle croit qu’avoir un comité organisateur qui prendra en charge le festival permettra d’améliorer sa rentabilité. Elle est consciente qu’il est difficile d’assurer une pérennité et une santé financière d’un tel événement culturel.

« On ne veut pas nécessairement se référer ou se comparer à Musique en vue, souligne-t-elle. Ça a été un super beau festival, les gens de la communauté en gardent un beau souvenir. »

Quant à l’endroit qui accueillera le festival, la mairesse de Cowansville, Sylvie Beauregard, avance que le terrain de l’école secondaire Massey-Vanier pourrait être le lieu de prédilection puisqu’il est facile d’accès pour les festivaliers des autres municipalités et relativement éloigné des quartiers résidentiels. Les visiteurs profiteraient également d’un grand stationnement. Cependant, rien n’est encore sûr à ce sujet.

Plus de détails concernant le festival seront dévoilés en conférence de presse au début de 2019.