Sara Marcil Morin, coordonnatrice à la vie culturelle à la Ville de Granby.

Couleurs urbaines: 52 artistes, deux sites

Pour ses 20 ans, le Symposium Couleurs urbaines de Granby fait les choses un peu différemment. Les importants travaux à l'église Notre-Dame obligent la Ville à revoir sa formule, en tenant notamment l'événement sur deux sites du centre-ville les 28, 29 et 30 juillet.
« On a dû s'adapter. En même temps, c'est comme un renouveau. À 20 ans, on se lâche lousse ! », a lancé Sara Marcil Morin, coordonnatrice à la vie culturelle à la Ville de Granby lors du dévoilement de la programmation 2017, vendredi matin.
Deux sites donc - le terrain de l'église Notre-Dame et celui de l'église St-George - accueilleront les chapiteaux des 52 artistes-exposants venus de la région et d'ailleurs au Québec. Une trentaine sera regroupée au premier site et une vingtaine d'autres au second. Parmi eux, une section sera réservée aux artistes de la relève. 
Environ 500 mètres sépareront les deux espaces publics. Une distance raisonnable, mais tout de même suffisante pour que l'organisation revoie certaines façons de faire. « Ça nous pousse à sortir de notre zone de confort », admet Mme Marcil Morin. Le budget de pavoisement, entre autres, sera un peu plus élevé pour inviter les visiteurs à marcher d'un endroit à l'autre de la rue Principale pour tout voir.
En chemin, ils auront l'occasion de mettre leur grain de sel à l'oeuvre collective 2017, en complétant la phrase « J'aime Couleurs urbaines parce que... » au moyen de pochoirs et de craies sur le trottoir. Ils croiseront également sept modules multifacettes leur permettant de composer leurs propres oeuvres à partir de sections de toiles d'artistes du symposium. 
Cette année, le volet musical sera assuré par Jean Wiedrick, Simon Daigle, Isabeau Corriveau et le duo Lorraine Testa et Frédéric Ferland.
Encore une fois, tout sera mis en oeuvre pour « démocratiser la culture, mettre de la vie au centre-ville et favoriser les échanges entre le public et les artistes », a rappelé Sara Marcil Morin, en soulignant le côté accessible et gratuit de la programmation.
De l'action au Centre France-Arbour
Juste en face de l'église Notre-Dame, le Centre culturel France-Arbour fera aussi partie de l'itinéraire. On pourra y pousser la porte des ateliers des artistes membres du Groupe d'art multidisciplinaire (GAM) et de l'Atelier 19. 
C'est aussi au Centre culturel que les visiteurs pourront prendre part au traditionnel encan silencieux.
Par « lâcher lousse », Vie culturelle et communautaire de Granby fait aussi référence à l'exposition principale, qui se déroulera chez Boréart. Du 26 juillet au 27 août, on y présentera l'exposition Entre la soie et l'encre du peintre Jacques Hurtubise. Aujourd'hui décédé, l'artiste a fait sa marque à l'international avec son style distinctif. « Il était à la recherche de la tache parfaite », illustre Mme Marcil Morin pour résumer le travail du peintre. Le vernissage de cette exposition aura lieu le 28 juillet de 16 h à 19 h.
Pour ne rien manquer des activités, on consulte le nouveau site Web couleursurbaines.org ou la page Facebook de Couleurs urbaines.