La Bromontoise partage son temps entre la musique et le jeu.

Claudia a du fun!

Elle est chanteuse, musicienne, comédienne... et maintenant actrice. Talentueuse et instinctive touche-à-tout, Claudia Bouvette­ apparaîtra pour la première fois au grand écran dans le film "Charlotte­ a du fun". Une offre qu’elle ne pouvait­ pas refuser.

Quand elle parle de ce long-métrage réalisé par Sophie Lorain, la Bromontoise n’hésite pas à le qualifier de coup de chance dans sa carrière. Le processus a été long, très long, mais le rôle de Noémie est pourtant arrivé comme un cheveu sur la soupe. Pour mille et une raisons, Claudia a joint le plateau à la dernière minute, alors que le tournage battait déjà son plein.

Dans Charlotte a du fun, Charlotte­, Mégane et Aube sont embauchées à temps partiel dans un magasin de jouets pour le temps des Fêtes. Entourée de collègues masculins, Charlotte « explore sa liberté », peut-on lire dans un résumé du film. La Noémie­ de Claudia Bouvette évolue autour de ce noyau de filles, en tant « qu’ancienne » du magasin. « Elle est sur ses gardes face aux trois filles qui arrivent. Disons qu’elle est... réticente­ », raconte la nouvelle­ actrice.

Oui, cette première expérience au cinéma a été enrichissante et lui a donné envie de multiplier les tournages. Mais l’aventure de Charlotte a du fun, admet-elle, n’a pas été qu’une partie de plaisir. « C’était un plateau un peu difficile, avec une ambiance stressante... », glisse-t-elle. 

Le résultat, cependant, devrait être charmant, croit la jeune femme de 22 ans. « C’est super humain comme approche. Il n’y a pas de fla-fla, c’est tourné en noir et blanc, avec des images assez dreamy. On se met dans la tête de Charlotte, qui se laisse aller dans sa sexualité, de façon naïve et un peu inconsciente », dit celle qui n’a pas encore vu le film, dont la sortie est prévue le 2 mars 2018.

Elle espère maintenant que le bouche-à-oreille et les contacts lui permettront d’entrouvrir d’autres portes. Habituée des rôles de belles blondes, sûres d’elles, un peu hippies, qui n’ont pas la langue dans leur poche, Claudia espère même qu’un jour, on lui offrira un contre-emploi, comme jouer « une fille dérangée » !

Dans "Charlotte a du fun", Claudia Bouvette joue le rôle de Noémie.

À la télé

Musicienne avant tout, Claudia s’est servie de sa participation — et de sa victoire — à la téléréalité MixMania, en 2011, comme tremplin vers le monde artistique. Si le cinéma est nouveau dans sa vie, la télévision, elle, l’a prise sous son aile depuis 2013. 

Il y a eu 30 vies, puis Subito Texto­ et Jérémie, la série pour ados dans laquelle Claudia interprète Raphaëlle.

Et malgré le succès qu’elle connaît — sa popularité auprès des jeunes ne ment pas —, elle ne tient rien pour acquis. « Jouer, ce n’était pas dans ma zone de confort. J’ai maintenant passé l’étape de ne pas avoir confiance en moi, mais c’est toujours un peu confrontant pour moi, dit-elle. Quand je chante, je ne me pose pas de questions. Le jeu, c’est plus difficile. »

Et l’album ?

En 2014, Claudia Bouvette rêvait à son premier album. Le projet n’a pas encore abouti, mais il occupe toujours son esprit. 

« À l’époque, j’avais décidé de m’autoproduire, l’album était fait, il ne manquait qu’une équipe de marketing pour le promouvoir. Mais j’ai eu le rôle dans 30 vies, puis d’autres... Doucement, le projet s’est estompé et c’est correct », dit-elle.

« Je n’aurais pas voulu le sortir trois ans plus tard, car c’est zéro représentatif­ de qui je suis aujourd’hui. »

Elle travaille présentement à un opus plus actuel, qui lui ressemble davantage. « J’ai une dizaine de maquettes de faites et je suis en processus de développement avec une équipe. J’aimerais bien que des singles soient prêts à sortir en 2018, mais je veux bien faire les choses. Et les gens de l’équipe ont la même mentalité, avec le souci de respecter­ qui je suis. »

Ses compositions, toutes en anglais, ne suivent pas un style défini. « J’écris par instinct, sur ce que je ressens sur le moment. C’est un mélange de plein de styles, avec des influences R & B, années 80 et reggae. Je fais ce que j’aime ! », glisse la jeune femme en rejetant les étiquettes. 

Depuis qu’elle a quitté le nid familial bromontois pour s’installer à Montréal, les choses vont « créativement pour le mieux », dit-elle. « Et au plan personnel, j’ai deux merveilleux colocataires. C’est l’fun d’avoir mon espace et mon autonomie ! »