Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Sur le plateau, Charles Denis, à gauche, a notamment pu rencontrer Rémy Girard.
Sur le plateau, Charles Denis, à gauche, a notamment pu rencontrer Rémy Girard.

Charles Denis, membre du club Vinland

Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
«Des Iroquois?» C’est peut-être bien peu, mais ces deux mots, Charles Denis les a déclamés avec force et conviction lors du tournage du long métrage Le club Vinland. Pour l’adolescent de Farnham, cette courte réplique a ouvert la porte à un univers qu’il n’a pas fini d’explorer. «Le cinéma, c’est magique!»

Fou de télévision et de cinéma, Charles a sauté sur l’occasion lorsque sa tante l’a informé que la production cherchait des comédiens. À l’époque, il ne faisait partie d’aucune agence; c’est donc par écrit qu’il a soumis sa candidature. Retenu en audition, il a d’abord tenté sa chance pour le rôle jeunesse principal.

«Mais ils me voyaient plus dans le rôle de Chouinard, un garçon comique. Finalement, ils ont choisi un autre acteur pour ce personnage. Mais alors que je pensais que tout était fini, ils m’ont rappelé pour m’offrir un troisième rôle parlé!» raconte le volubile ado.

Le tournage — son tout premier — remonte à 2019, alors qu’il n’avait que 13 ans. Le plus intéressant dans l’histoire, c’est que Charles ne s’est pas contenté de réciter une petite phrase dans la peau d’un personnage sans véritable identité, mais surnommé «grand chef» par l’équipe. Il est aussi apparu dans plusieurs scènes à titre de figurant, en plus de faire des voix hors champ. Vous dire à quel point il a aimé son expérience.

«C’était une opportunité en or et j’ai sauté dessus. Je voulais apprendre ce métier et j’ai a-do-ré ça», dit-il en appuyant sur chaque syllabe.

Il avoue que pour un garçon de 15 ans aussi énergique que lui, le jeu a aussi l’avantage de forcer la concentration et la maîtrise de soi.

Près des grands

Charles a pu fréquenter le plateau de tournage durant huit ou neuf jours, à Saint-Césaire et dans Charlevoix, croisant au passage Rémy Girard, François Papineau, Fabien Cloutier, Émilie Bibeau et Sébastien Ricard, qu’il a davantage côtoyé. L’ambiance, les gens, la découverte de ce monde bien particulier, tout l’a ravi, au point de — peut-être — rêver à une carrière de comédien.

«Si ce métier pouvait me faire vivre, j’aimerais vraiment ça. C’est tripant. Mais même si tu le fais juste une fois, c’est l’expérience d’une vie.»

Celui qui fréquente l’école secondaire Jean-Jacques-Bertrand a vu Le club Vinland il y a déjà un an et demi, avant tout le monde. Et il est heureux du résultat. «C’est un bon film et je ne me suis pas déplu. À l’écran, ça paraît que je suis content d’être là!» lance-t-il.

Maintenant âgé de 15 ans, le jeune homme fait désormais partie d’une agence artistique en bonne et due forme. Le téléphone peut sonner; Charles ne dirait pas non à un autre rôle!