Dirty, alias Emmanuel Parent, a pu compter sur le soutien d’un label pour son album Boss du Zoo.

«Boss du Zoo»: un album de transition pour Dirty

Le rappeur Dirty entend frapper fort avec son album Boss du Zoo. Réalisé en compagnie de plusieurs collaborateurs, dont plusieurs poids lourds de la scène hip-hop québécoise, le Granbyen sera pour la toute première fois distribué par un label. Un tournant important dans sa carrière.

Dirty est un artiste fort occupé ces derniers temps. Rencontré dimanche matin par La Voix de l’Est, il s’apprêtait à se rendre dans la métropole pour enregistrer le clip du second extrait de son album qui sera révélé parallèlement au lancement de Boss du Zoo, le 9 mars prochain, à la Brasserie Vrooden. 

Ce premier album, après notamment de nombreux EP, est décrit par son auteur comme étant un « album de transition », « un peu plus propre » et qui suit le chemin tracé par Présentable, que Dirty avait présenté à l’automne 2017 sous son vrai nom Emmanuel Parent. 

Label 

Pour Dirty, la transition est aussi professionnelle. Celui qui entame sa 18e année artistique pourra compter pour la toute première fois sur le soutien d’un label pour produire et distribuer son album. De son propre aveu, les Productions organizés lui ont permis de propulser ses ambitions beaucoup plus loin. « Je suis prêt à faire beaucoup de sacrifices, mais ce soutien financier m’a permis d’aller plus loin. Il y a des chansons qui ont coûté jusqu’à 500 $ », souligne Dirty. Le Granbyen aura surtout la chance d’être distribué massivement dans les magasins Sunrise et Walmart, lui assurant ainsi un maximum de visibilité.

« Il faut que ça marche maintenant ! Je suis un rappeur différent de ceux qui ont déjà réussi, mais je veux ma page dans [le livre] du rap québécois » lance-t-il. 

Sérieux

« Ce n’est pas un album plus mature, c’est un album plus sérieux. Je n’ai pas la prétention de me dire plus mature, par contre je peux dire que la démarche est plus sérieuse », explique Dirty. 

Emmanuel Parent travaillait sur ce projet depuis environ un an, mais l’album a pris une autre direction après la sortie du premier extrait Rien à perdre en novembre 2018. « Quand j’ai sorti la pochette au début du projet, c’était très dans l’optique Dirty, ça se voulait dérangeant et humoristique. Le single a une partie plus sérieuse, mais le reste c’est plus Dirty. J’ai écouté les commentaires des gens et j’ai compris qu’ils étaient prêts pour entendre quelque chose de plus sérieux. J’ai pris la critique et le reste de l’album s’est construit autour », poursuit-il.

Si la volonté de choquer demeure, le rappeur a écouté certains conseils de ses pairs et s’est un peu assagi pour le Boss du Zoo. « Il y a un peu moins de dirtyisme ! » lance-t-il. Comme il le répète, Dirty est avant tout un personnage plutôt qu’un reflet fidèle de la personnalité de l’interprète. « Il y a des trucs que j’ai faits où je sais que je suis allé trop loin. [...] En vieillissant, je suis devenu plus sensible à certaines choses, je ne vais plus rire des jeunes par exemple, je suis plus sensible à l’écologie », confie-t-il.

Côté musique, Dirty a misé sur les collaborations pour enrichir le produit final, notamment avec le rappeur, producteur et beatmaker Farfadet qui a donné un important coup de main à la production en plus d’ajouter sa voix sur certaines pistes. Le « poids lourd » T-Mo, moitié du collectif Taktika, fait également une apparition sur l’album. 

Lancement

Lors du lancement de son long jeu le 9 mars prochain, Dirty en interprétera quelques pièces dans une ambiance intimiste.

Pour Hervé Gagnon, copropriétaire de la brasserie, il s’agit d’une façon de donner un coup de main à un artiste émergent. « Je ne suis pas personnellement un grand fan de rap. Par contre, mes enfants en écoutent beaucoup et c’est sûr qu’on souhaite le voir percer », explique-t-il. 

L’album sera mis en vente à la suite du lancement et disponible en magasin, sur les plateformes web ainsi qu’auprès de l’artiste lui-même.

Dirty prévoit également se produire dans quelques villes de la province dans les prochains mois. Les dates ne sont toutefois pas encore annoncées.