Audrey Charbonneau

Audrey Charbonneau en route vers un premier EP

Sur les réseaux sociaux en début d’année, la chanteuse Audrey Charbonneau annonçait que 2020 serait sans doute « une année avec un grand A » pour elle. Voilà qu’elle lance, ce vendredi, le premier extrait du mini-album dont elle rêve depuis longtemps.

Intitulée Y’a personne, sa toute première pièce originale confirme la tangente new country que la Césairoise semble avoir adoptée. La chanson a été écrite et composée pour elle par une autre fille du coin, Amélie Larocque, et son conjoint Étienne Chagnon.

« Amélie et moi, on s’est connu à l’époque du secondaire. On avait toutes les deux une passion pour la musique. On s’est revu en 2018 lors un spectacle-bénéfice et ç’a été un coup de cœur mutuel. On a eu envie de travailler ensemble », raconte-t-elle.

Amélie, qui prête sa plume à plusieurs interprètes québécois, lui a donc offert ses mots. « Elle s’est mise en mode écriture après les discussions qu’on avait eues. Y’a personne parle de persévérance. Comme quoi on a le droit d’avoir des objectifs et de foncer malgré ce que les gens peuvent penser. C’est un thème qui est très important pour moi », ajoute Audrey, en faisant remarquer qu’elle-même doit faire preuve de persévérance pour vivre sa passion pour la musique, en pratiquant son métier de coiffeuse et en étant maman.

C’est donc en français qu’Audrey Charbonneau a choisi de présenter ce premier single, et ce, même si ce n’est pas la langue d’usage du new country. « J’ai toujours eu une affection pour le new country et le country américain. Mais j’ai eu envie de le faire en français parce que c’est ma langue maternelle. La majorité de l’album sera en français. »

Car ce premier jalon mènera, si tout va bien, au lancement d’un EP de six ou sept chansons au cours de cette année. « C’est le premier extrait, mais d’autres suivront », assure-t-elle. La création du second titre est bien entamée, mais pas question d’en dire plus. Chaque chose en son temps.

Langue de molière

Oui, avoue-t-elle, chanter ce style dans la langue de Molière est un beau défi. « C’est vraiment différent. La sonorité des mots est carrément autre chose. Mais Amélie a vraiment quelque chose de spécial dans sa plume, et c’est vraiment bien. C’est new country, mais c’est quand même pop. »

Pourquoi avoir choisi le new country, justement ? « Parce que c’est une musique rassembleuse et chaleureuse. On parle des choses simples de la vie et des émotions qui en découlent. C’est ce qui fait que c’est accessible à tous. Tout le monde peut s’y reconnaître, à travers de belles mélodies accrocheuses. Et c’est un beau milieu. »

Parmi ses pairs et les amateurs du genre, Audrey Charbonneau se sent en effet parfaitement à l’aise. Après tout, n’a-t-elle pas remporté, en 2018, la première place et le prix coup de cœur du public au concours amateur du Festival de Saint-Tite ? Depuis, les portes du festival lui semblent grandes ouvertes, comme celles d’autres événements country de la province.

Tout cela lui fait dire que le meilleur est à venir. Elle rappelle cependant que 2019 a permis de mettre la table à tout ce qui s’en vient, notamment grâce aux collaborateurs dont elle s’est entourée. « Des gens qui m’aident et me guident et qui, comme moi, n’ont qu’une seule envie ; donner vie à la musique et foncer ! », écrivait-elle dernièrement.

Y’a personne sera lancé sur toutes les plateformes numériques le vendredi 7 février, le jour de son 34e anniversaire.

Audrey Charbonneau fera également partie du spectacle annuel Pour ne jamais oublier au profit de la Société Alzheimer. L’événement se tiendra le 7 mars prochain au Théâtre des Tournesols de Cowansville avec Annie Blanchard en tête d’affiche.