AMÉ affiche ses couleurs

Un an après avoir fondé sa propre maison de disque avec Étienne Chagnon, son complice dans la vie comme en musique, Amélie Larocque lance un nouvel album. Huit ans après le précédent. Et loin, bien loin de là où elle avait laissé son public. L’auteure-compositrice-interprète qui a brillé ces dernières années en signant des textes pour les autres (Marc Dupré, 2Frères, Jérôme Couture et compagnie) propose avec «Sa couleur» un disque au son pop résolument électro. Un habillage musical qui allait de soi pour celle qui, désormais, fait chemin musical sous le nom d’AMÉ.

« Je suis tout à fait en phase avec ce disque-là, mais je sais que ceux qui se souviennent de moi comme de la jeune fille avec un toupet et des chansons à textes seront sans doute saisis, note la chanteuse estrienne. J’ai fait les chansons qui me ressemblent, qui traduisent là où je suis rendue dans la vie. En huit ans, les choses ont bougé, j’ai évolué moi aussi. J’ai eu un enfant. Je me suis mise à la course et au yoga. J’assume aujourd’hui pleinement la femme que je suis et je me soucie beaucoup moins de ce que les autres peuvent penser de moi. Avec ce nouvel album, j’ai fait le pari de faire un projet très dansant, sans rien sacrifier au chapitre du contenu. »

Comprenez par là que la pop ne rime pas nécessairement avec bonbon dans l’esprit de la jeune trentenaire.

« Travailler avec des artistes comme Marc Dupré ou Jérôme Couture, qui m’envoyaient des mélodies à l’américaine sur lesquelles je devais coucher des mots, ça m’a progressivement amenée ailleurs dans mes projets à moi. Ça m’a permis de voir que ça se pouvait, opter pour un style musical très rythmé tout en véhiculant les messages dont j’avais envie. Ce que font des chanteurs comme Stromae et Christine and the Queens a aussi nourri la créatrice en moi. J’ai réalisé que je pouvais aller à fond dans une proposition qui me ressemble. En musique comme en paroles. J’aime les sujets qui nous unissent, qui font vibrer quelque chose à l’intérieur. Je me permets donc d’aller creuser des thèmes qui ne sont pas toujours légers. Je n’ai pas peur d’aller vers une certaine profondeur lorsque j’écris », dit celle qui a signé Ton départ (interprétée par Marc Dupré), sacrée chanson de l’année au Gala de l’ADISQ 2016.

Large palette de couleurs
Sur la galette de 14 titres qui sera lancée mardi à Montréal et mercredi à Sherbrooke, les sujets qui ont nourri la plume d’AMÉ sont parfois tout près d’elle, d’autres fois moins ancrés à son quotidien.  

« Dans le même wagon, par exemple, a une portée plutôt humaniste. C’est une chanson qui parle de tout ce qui se passe en ce moment, de la nécessité de s’unir au lieu de se diviser. »

Avec Des milliers de secondes, l’auteure explore l’angoisse au quotidien, l’anxiété qui paralyse « quelque chose que je connais de l’intérieur », précise-t-elle. À quoi tu joues?, « inspirée de l’histoire d’une amie », raconte les relations amoureuses troubles, celles qui tirent vers le bas. Tu le sais est en quelque sorte une discussion avec elle-même : « c’est à moi que je parle quand je dis qu’il va falloir agir et faire tomber les murs en ayant confiance », note l’auteure-compositrice, qui y voit un écho à Déjà-vu, « une chanson qui cerne cette idée de toujours attendre, de remettre le plongeon à plus tard. C’est un thème récurrent, parce que c’est ce que j’ai vécu ces dernières années. J’avais envie d’enregistrer de nouvelles chansons et je me demandais tout le temps si c’était vraiment le bon moment. J’attendais quelque chose, mais quoi au juste? Je me suis posé la question. J’ai réalisé que la réponse se trouvait en moi. C’était moi qui devais être prête à foncer. »

La chanson-titre de l’album n’a pas été choisie au hasard. Le texte de Sa couleur, qui martèle la nécessité de montrer ses vraies couleurs et d’être fidèle à soi, collait au projet musical autant qu’au cheminement de l’auteure-compositrice-interprète. Premier extrait lancé il y a quelques mois déjà, il mettait la table et donnait le ton.

« On a eu une belle réception, vraiment. Pendant huit semaines consécutives, la chanson a été numéro deux dans le palmarès des radios indépendantes », dit celle qui ne cache pas avoir une visée sur le marché européen.

« On a une équipe en France, on veut développer des choses là-bas, oui, mais pour l’instant, on se concentre sur le lancement ici », précise-t-elle.

À quelques jours de celui-ci, la chanteuse confie avoir des papillons dans l’estomac.

« Mais c’est une belle fébrilité, parce que je suis vraiment très fière de cet album, que j’ai coréalisé avec Étienne. Tous les deux, on forme une solide équipe, au quotidien comme au boulot. C’est un as des arrangements, je suis super contente des teintes musicales qu’il a su aller chercher. On a bossé fort, ensemble, mais on a aussi su bien s’entourer. Enregistrer un album, déjà, c’est une grosse commande. Là, on faisait aussi nos premières armes avec Oblik Records, notre compagnie de disque. Tout ça a demandé beaucoup d’investissement de temps et d’argent, et on ne sait pas où ça va nous mener, mais c’est formidable d’être maîtres de nos projets. Ça nous donne une grande liberté de création. »

Et ça permet de faire de la musique... en couleur.

Amélie Larocque
«Sa couleur»
Électro-pop
Oblik Record

Alors elle danse
Ouvert à tous, le lancement de la nouvelle galette d’AMÉ, mercredi prochain, promet d’être festif. Et dansant.

« Je fais quelques chorégraphies avec une danseuse. C’est quelque chose que je n’aurais jamais envisagé avant, mais là, les chansons sont tellement rythmées, j’ai osé. J’avais fait un premier essai en intégrant la danse lors de la première partie du spectacle de Jacob and Fanny, que j’ai assumée en décembre dernier, à Montréal. C’était pour moi un apprentissage et un dépassement. Les réactions ont été tellement bonnes que j’ai décidé de me faire confiance en allant dans cette voie. Et puis, j’aime danser, verser dans cette mise en mouvements très sentie, ancrée et connectée à soi. »

Vous voulez y aller?
Lancement du disque Sa couleur
Boquébière de Sherbrooke
4 avril, 17 h
Entrée gratuite, mais réservations conseillées via la page Facebook d’AMÉ